Aller au contenu principal

Le GEIQ Agri Qualif fête ses dix ans

Dix ans après la création du Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ) Agri Qualif Limousin, la Fédération française des GEIQ vient de se doter d’un nouveau logo et d’un slogan : « Les GEIQ, la plus belle façon d’embaucher ». À cette occasion, les responsables du GEIQ Agri Qualif Limousin ont fait le point sur leur activité.

Michel Jouhette, Andréa Perrier (directrice du GEIQ) et Ludovic Tricot.
Michel Jouhette, Andréa Perrier (directrice du GEIQ) et Ludovic Tricot.
© P. Dumont

« Avec une idée et de la volonté, on peut faire beaucoup, résume Michel Jouhette, président du GEIQ Agri Qualif Limousin. On peut donner du travail à quelqu’un et c’est là le premier facteur d’équilibre social. Pourtant les débuts du GEIQ ont été difficiles, beaucoup doutaient de nous. Aujourd’hui, le pari est gagné ». En effet, lorsque le groupement d’employeurs est créé en 2006 à l’initiative de la MSA, la profession agricole accueille avec circonscription l’idée de recruter des jeunes en rupture avec l’emploi. Le système a pourtant déjà fait ses preuves dans d’autres corps de métiers notamment le BTP. En outre, Brigitte Jammot, attachée de direction à la MSA rappelle que « les élus de la MSA ont un rôle d’animation sur les territoires et la création du GEIQ répondait à la demande des exploitants d’embaucher tout en étant dégagés des formalités administratives ». Les débuts du groupement sont timides avec, en 2006, 15 employeurs adhérents et 10 salariés. Dix ans plus tard, le GEIQ est monté en puissance. Il compte aujourd’hui 130 adhérents et a formé 70 salariés cette année, ce qui fait de lui le GEIQ agricole le plus performant de France selon ses responsables. Au fur et à mesure des années, le champ d’activités s’est élargi incluant la forêt, l’agroalimentaire ou encore la commercialisation en plus des activités de production. Le profil des personnes formées a évolué de pair. Ludovic Tricot a 38 ans lorsqu’il se retrouve au chômage en 2013. « Je voulais me former à l’agriculture. J’avais commencé une formation aux Vaseix lorsque j’ai découvert le GEIQ, raconte-t-il. Dans la foulée, j’ai rencontré un exploitant et j’ai pu préparer mon BP Responsable d’exploitation agricole en contrat de professionnalisation. Être suivi par le GEIQ, c’est rassurant : s’il y a un problème avec l’employeur, il y a un médiateur ». Aujourd’hui, Ludovic Tricot fait des démarches d’installation pour reprendre l’exploitation sur laquelle il a été formé. Comme lui, de nombreux jeunes obtiennent chaque année une qualification grâce au GEIQ qui bénéficie du soutien financier du Conseil Départemental. Depuis sa création, près de 350 personnes ont été formées et le taux d’insertion est de 80 %. Et ce n’est pas près de s’arrêter pour Michel Jouhette : « l’agriculture a plus que jamais besoin de bras, car la main d’œuvre familiale se réduit et qu’il faut continuer à produire même s’il faut certainement produire différemment. Le temps partagé est aussi une solution intéressant d’un point de vue économique ».

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière