Aller au contenu principal

Le concours du sylvotrophée est remporté par le groupement de la Somical

Le jeudi 23 septembre 2021, au siège du parc national des Cévennes à Florac-Trois-Rivières, a eu lieu la remise des prix de la seconde édition du sylvotrophée.

Le jeudi 23 septembre 2021, au siège du parc national des Cévennes à Florac-Trois-Rivières, a eu lieu la remise des prix de la seconde édition du sylvotrophée.
Le jeudi 23 septembre 2021, au siège du parc national des Cévennes à Florac-Trois-Rivières, a eu lieu la remise des prix de la seconde édition du sylvotrophée.
© Adrien Majourel - PNC

C'est le groupement Somical - Forêt de Fretma et Cavalade (sur le causse Méjean), représenté par Sylvie Coisne et Léa Barré, qui a remporté le premier prix. « Tout le monde (ou presque) connaît cette grande forêt, dans le coeur du parc national, sur le causse Méjean. Il y a un peu plus de 70 ans, il n'y avait pas d'arbres. Le Fonds forestier national a permis de reboiser », a déclaré Henri Courderc, président du conseil d'administration du parc, lors de la remise des prix.
Parmi les autres candidats en lice, la forêt de Camp Figoux à Soustelle propriété de Jony Brès a reçu le prix « spécial de la combativité », la forêt de Conches à Ventalon-en-Cévennes, propriété de Michel de Lagausie, le prix « belle forêt d'avenir » et la forêt communale de Banne représentée par le maire, Jean-Marie Laganier, le prix « au service de la biodiversité ».
Réalisé en partenariat avec le centre régional de la propriété forestière (CRPF) et l'association des parcs naturels du massif central (Ipamac), ce concours vise à valoriser la gestion durable des forêts : cette gestion dite « multifonctionnelle » prend en compte les fonctions économiques, sociales et environnementales d'une forêt ; cette année, quatre parcelles étaient en lice, à la fois dans le Gard et en Lozère, toutes situées sur le territoire du parc national des Cévennes.
Quant au choix du jury de récompenser le groupement forestier de la Somical, « les choix effectués sont judicieux : sylviculture irrégulière à couvert continu, plantations d'enrichissement en essences feuillues autochtones, valorisation paysagère, accompagnement par des techniciens qualifiés, volonté de transmission du patrimoine entre générations, préservation d'une biodiversité riche, etc. », a détaillé Henri Couderc.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière