Aller au contenu principal

Le Civil s’est réuni pour discuter de la contractualisation

Jeudi 17 février, le Civil s’est réuni pour discuter de la loi Égalim 2 avec tous les acteurs de la filière agricole dans le département. Interbev est venu présenter la contractualisation.

Jeudi 17 février, le Civil s’est réuni pour discuter de la loi Égalim 2 avec tous les acteurs de la filière agricole dans le département. Interbev est venu présenter la contractualisation.
Jeudi 17 février, le Civil s’est réuni pour discuter de la loi Égalim 2 avec tous les acteurs de la filière agricole dans le département. Interbev est venu présenter la contractualisation.
© Marion Ghibaudo

Le Civil48, qui regroupe les filières agricoles, agroalimentaire, et les transformateurs de la filière bovine se sont réunis jeudi 10 février pour discuter de la nouvelle contractualisation, qui a été décidée dans le cadre de la loi Égalim 2. Promulguée le 18 octobre 2021, cette dernière vise explicitement « la protection de la rémunération des agriculteurs ». Le mécanisme de la généralisation des contrats écrits entre l’agriculteur et son premier acheteur est obligatoire depuis le 1er janvier 2022 dans les filières bovines (races à viande pour les jeunes bovins, les génisses et les vaches, et pour tous les bovins sous signes officiels de qualité) et porcines.
Pour tenir cet objectif, un nouveau mécanisme a été mis en place avec cette loi : la contractualisation obligatoire. Le principe est une contractualisation obligatoire « pour tous les opérateurs, pour sécuriser le prix payé au producteur tout au long de la chaîne ». Ces contrats, qui prennent une forme obligatoire et sont souscrits pour une durée de trois ans minimum font grincer de nombreuses dents dans la filière agricole car ils concernent, en premier lieu, l’agriculteur et son premier acheteur.
« Cette nouvelle loi est partie à rebours de ce que l’on faisait jusqu’à présent, a expliqué Olivier Boulat, président du Civil. Désormais, tout part du produit, ce qui permet de mieux construire le prix et tout ce que cela implique (NDLR les coûts de production, notamment), et nous espérons que tous les acteurs de la filière gagnent enfin leur vie ».
Une remarque plutôt bien accueillie par les représentants des différents secteurs de la filière, qui, tous, s’accordent à dire que la rémunération des agriculteurs doit revenir au centre des préoccupations. Et pour que cette contractualisation fonctionne, la négociation va devenir essentielle dans les relations entre agriculteurs et leurs premiers acheteurs. « Les éleveurs doivent réaliser la première proposition de contrat, dans lequel ils choisissent des indicateurs de coûts de production pour négocier le prix », a rappelé Interbev lors de sa présentation aux acteurs de la filière

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière