Aller au contenu principal

Le changement climatique : un enjeu préoccupant en agriculture

Jeudi 22 mars, la chambre d’agriculture a organisé une journée consacrée au changement climatique en agriculture, dans le cadre du projet AP3C. L’invité d’honneur était Vincent Caillez, climatologue.

Vincent Caillez, climatologue attaché au projet AP3C.
Vincent Caillez, climatologue attaché au projet AP3C.
© Marion Ghibaudo

Sur une journée complète, la chambre d’agriculture est donc venue présenter les conclusions du projet AP3C (adaptation des pratiques culturales au changement climatique) aux agriculteurs, aux élus, aux techniciens, et au grand public. « Il a été fait un grand travail et il était temps d’amener les résultats au plus proche du territoire, surtout au regard de la sécheresse historique que l’on a vécu l’an dernier », a présenté Frédéric Valette, vice-président de la chambre d’agriculture en introduction de la journée. « Dès aujourd’hui, nous pouvons aider les élevages à s’adapter pour faire face au changement climatique, sur l’ensemble de leur système ». Pour Frédéric Valette, l’adaptation au changement climatique doit être pensée globalement, à l’échelle de l’exploitation, plutôt que de n’actionner qu’un seul levier. Mais il se dit confiant sur l’adaptabilité des agriculteurs face aux crises : « on va y arriver, et la chambre d’agriculture est là pour les accompagner. »
L’objectif étant de valoriser cette étude, dans l’idée « d’accompagner au mieux les agriculteurs, et plus largement le monde agricole, durant cette transition ». Avec 85 % de surface en herbe, les prairies du Massif central stockent plus de deux millions de tonnes de carbone par an. En tant que principaux puits de carbone au même titre que les forêts, les systèmes agricoles jouent un rôle bénéfique dans la lutte contre le changement climatique tout en préservant les milieux ouverts herbacés. En parallèle, pour maintenir les systèmes d’élevage et de polyculture élevage dans les zones de massif, des travaux sur l’adaptation des systèmes au changement climatique sont nécessaires. C’est sur cette problématique de l’adaptation que se positionne le projet AP3C. Débutée en 2015, l’initiative a donné des résultats sur l’évolution climatique et ses impacts agronomiques à l’échelle du Massif central ont été publiés les années précédentes. Puis ces résultats ont été complétés par la présentation d’une plaquette départementale présentant les principales évolutions agro-climatiques attendues sur le département, ainsi que des pistes d’adaptation tenant compte des spécificités locales. En 2023, les analyses terminées, voici que s’ouvre la phase de restitution, au plus près des onze départements qui ont collaboré au projet. Ce programme a pour objectif d’aider les agriculteurs à comprendre et s’adapter au changement climatique. Il s’appuie sur le travail d’un climatologue, Vincent Caillez, qui utilise des données locales pour obtenir une analyse fine et localisée du changement climatique au plus proche des réalités du terrain, et à horizon 2050.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière