Aller au contenu principal

Le bœuf irlandais pourrait perdre jusqu’à 55 millions d’euros

Si l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur devait un jour entrer en vigueur, la valeur de la production de viande bovine irlandaise connaîtrait une baisse comprise entre 44 millions d’euros et 55 millions d’euros, évalue le gouvernement irlandais dans une récente étude d’impact.

Si l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur devait un jour entrer en vigueur, la valeur de la production de viande bovine irlandaise connaîtrait une baisse comprise entre 44 millions d’euros et 55 millions d’euros, évalue le gouvernement irlandais dans une récente étude d’impact.
Si l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur devait un jour entrer en vigueur, la valeur de la production de viande bovine irlandaise connaîtrait une baisse comprise entre 44 millions d’euros et 55 millions d’euros, évalue le gouvernement irlandais dans une récente étude d’impact.
© Cyrielle Delisle/Illustration

La valeur de la production de viande bovine de l’Irlande serait réduite d’au moins 44 millions d’euros et pourrait même atteindre 55 millions d’euros par rapport à 2017 (2,4 milliards d’euros) et 2019 (2,3 milliards d’euros), estime le gouvernement irlandais dans une étude d’impact de l’accord commercial UE-Mercosur publiée le 21 juillet. Il prévoit en conséquence une baisse de 2 % des revenus des producteurs (dans une fourchette comprise entre 1,9 % et 2,3 %).
Alors que l’UE s’est engagée, en vertu de l’accord, sur un quota d’importation tarifaire à droit réduit de 99 000 tonnes de bœuf équivalent poids carcasse, l’Irlande estime selon son hypothèse supérieure (en prenant en compte dans les importations supplémentaires seulement les découpes de bœuf de haute qualité) qu’il y aura un impact significatif sur les prix obtenus pour les découpes haut de gamme qui pourraient chuter d’environ 5 % (entre -3,3 % et -7,2 %). Le gouvernement ajoute que la production de viande bovine diminuerait de 1,5 % dans l’UE, de sorte que les revenus des producteurs sur le marché haut de gamme baisseraient de 6,3 % (entre -4,7 % et -8,6 %). Toutefois, il estime que cette baisse de la production entraînera une augmentation compensatoire du prix des morceaux de moindre qualité.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière