Aller au contenu principal

Diversification
Le 1er juillet, célébrons la moisson du Petit Épeautre du Velay !

Une fête de la moisson pour le Petit Épeautre du Velay le 1er juillet prochain au Puy-en-Velay ;  une nouvelle filière
dynamique qui réunit déjà 90 producteurs qui exploitent 400 hectares.

Les organisateurs de la fête du Petit épeautre ont réuni la presse le 22 juin.
Les organisateurs de la fête du Petit épeautre ont réuni la presse le 22 juin.
© © HLP

Lancée en 2020 par la société Sabarot, la culture du Petit Épeautre du Velay fait son chemin avec de plus en plus de producteurs qui se sont engagés dans cette culture qui pousse sur la terre volcanique des hauts plateaux du Velay.
C'est pour faire découvrir cette céréale ancienne, qui était récoltée jadis dans le Velay, que la première fête de la moisson du Petit Épeautre du Velay se tiendra le samedi 1er juillet au Puy-en-Velay. Organisée par l'association des producteurs du Petit Épeautre du Velay en partenariat avec la société Sabarot, Le Puy-en-Velay Attractivité Tourisme et la Région, cette fête permettra au grand public de découvrir cette céréale qui pousse sur notre territoire et qui veut se faire une place à côté des traditionnels aliments d'accompagnement : les pâtes et le riz...
Mais connaissez-vous vraiment cette céréale ?  Cultivée en Haute-Loire au 19e siècle, le Petit Épeautre est une espèce à part entière appelée "engrain" ; "ancêtre du blé, il a été développé par l'homme avant le blé et c'est une culture intéressante notamment en altitude grâce à sa grande rusticité" explique Richard Duchet du Gaec du Pché à St Eugénie de Villeneuve. Sur cette exploitation laitière en agriculture biologique, le Petit Épautre "entre pleinement dans une logique de rotation derrière une prairie ou une Lentille Verte du Puy puisqu'il valorise bien l'azote des cultures précédentes. Doté d'une pousse très rapide et agressive, il couvre bien le sol et n'a pas besoin de produits phyto pour se défendre des plantes envahissantes. Il ne craint pas le temps sec et donne une paille en quantité et de surcroît appétante".

Démarche IGP en cours
"Cette céréale pemet de répondre aux enjeux agro-écologiques actuels et colle parfaitement aux démarches HVE 3 développé par Sabarot Agriculture" indique Damien Enjarry, directeur de Sabarot Agriculture avant d'évoquer les richesses du terroir du Velay caractérisé par "un micro-climat, des sols volcaniques (riches en oligo-éléments), des terres profondes, drainantes sans trop d'effet de compactage, qui favorisent la croissance des plantes et qui confèrent les spécificités gustatives à nos cultures". Ce sont autant de spécificités que l'association des producteurs entend faire reconnaître à travers une démarche IGP pour le Petit Épeautre du Velay ; une aventure qui devrait aboutir d'ici 5 ans.
Depuis son démarrage il y a trois ans, la production de Petit Épeautre du Velay ne cesse d'augmenter ; elle est passée de 200 tonnes en 2020 à 800 tonnes en 2023. Une croissance qui reste tout de même "maîtrisée" précise Antoine Wassner, PDG de l'entreprise Sabarot Wassner, qui reste vigilant sur les quantités que peut absorber le marché.
A ce jour, ce sont 90 producteurs (soit 400 ha) qui ont intégré cette nouvelle filière de production et il y a bien sûr encore de la place pour d'autres.


Culture rémunératrice
Du point de vue économique, le Petit Épeautre du Velay reste rémunérateur pour le producteur. Richard Duchet en est convaincu : "C'est une valeur sûre car cette céréale produit régulièrement. Elle est robuste, étant donné qu’elle n'a pas subi de modifications génétiques, et peu importe le climat, on ramasse toujours quelque chose !". Côté rendement, Damien Enjarry annonce un rendement moyen compris entre 2 et 2,5 tonnes/ha. "C'est une culture rémunératrice par ses prix de vente et qui laisse une marge nette intéressante puisqu'elle est peu coûteuse (peu d'engrais et de phytos)».
Chez Sabarot, on croit beaucoup en l'avenir de cette petite graine : "Je vends plus de Petit Épeautre que des Lentilles Vertes du Puy. C'est une céréale appréciée et qui se cuisine comme les pâtes. On sent un véritable attrait des consommateurs qui n'hésitent pas à en racheter".
Le Petit Épeautre du Velay de chez Sabarot est commercialisé en France et dans 40 pays, principalement auprès de chefs cuisiniers ; en Angleterre, cette céréale a fait son entrée dans les GMS dès l'automne dernier ; "les Anglais ayant été très sensibles à l'idée qu'il fallait sauver le soldat Lentille..." ajoute Antoine Wassner.
 

Zoom sur ...
Fête de la moisson du Petit Épeautre du Velay
Samedi 1er juillet, le Petit Épeautre du Velay sera à l'honneur durant toute la journée sur la place du marché couvert au Puy.  Un événement qui débutera le matin avec la découverte de cette céréale (culture, récolte...) et la dégustation de petits plats chauds tels que les gratinettes du Velay. Une fête avec des animations nombreuses et gratuites pour petits et grands (atelier maquillage, promenade en calèche, jeu gonflable, jeux en bois géants, mascotte), des ateliers pédagogiques autour du Petit Épeautre du Velay et un concert de 11h30 à 14h.
Retrouvez également le Petit Épeautre du Velay au menu des restaurants partenaires au Puy ce jour-là.

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière