Aller au contenu principal

Lait
L’avenir de l’élevage laitier dépend-il entièrement de la PAC ?

A l'occasion de son assemblée générale le 22 mars à Paris, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) s'est interrogée, dans une table ronde, sur la prochaine Politique agricole commune (PAC) 2027-2031.

Troupeau de vaches laitières
« Nous voulons une PAC de production pour assurer la souveraineté alimentaire de la France et de l’Union européenne », a déclaré Patrice Remaud, administrateur de la FNPL.
© iStock

 « L’avenir de l’élevage laitier passe-t-il par la PAC en 2027 ? », a demandé Ghislain de Viron, premier vice-président de la FNPL ? « Pas seulement », a répondu Catherine Geslain-Lanéelle directrice de la stratégie et de l’analyse politique à la direction générale de l’Agriculture de la Commission européenne (DgAgri). Pour elle, les producteurs doivent saisir plusieurs opportunités, en particulier celle de la prochaine présidence espagnole qui débutera le 1er juillet et qui s’est fixée quatre priorités stratégiques : le digital, la santé, l’énergie et l’alimentation.
« Dans ces secteurs stratégiques, vous avez un rôle à jouer (…) il vous faut vous projeter sur les modèles que vous souhaitez défendre », a-t-elle dit en substance, leur suggérant « de massifier le déploiement des bonnes pratiques sans dégrader la performance économique » de leurs exploitations. « C’est le bon moment » a-t-elle ajouté. En effet, les discussions ont commencé à la Commission européenne pour préparer la prochaine PAC 2027-2033 (lire encadré). Dans l’esprit des éleveurs laitiers, le modèle à défendre est simple : « Nous voulons une PAC de production pour assurer la souveraineté alimentaire de la France et de l’Union européenne», a déclaré Patrice Remaud, administrateur de la FNPL et président de la commission économique du syndicat. Les éleveurs veulent aussi une stratégie en phase avec les réalités du marché. « On nous a vendu l’idée d’être plus “verts” et beaucoup se sont convertis en bio sans avoir les clients en face. On a emmené des gens dans le mur », a-t-il précisé demandant « un véritable engagement de production, pas d’entretien des paysages ». Cette perspective est partagée par Jérémy Jallat, administrateur de la FNPL qui a insisté sur la « nécessité d’avoir des prérequis, comme la mise en place de diagnostics climatiques avant chaque installation. C’est important pour adapter nos systèmes de production en fonction du territoire et du climat », a-t-il précisé.

Maintenir les prairies

Une chose est certaine : la future PAC devra répondre à de nombreux enjeux « à commencer par celui de la rémunération », a affirmé Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. C’est pour elle, « un des éléments clés de l’attractivité du métier d’éleveur au même titre que la possibilité de libérer du temps libre ». Intéressée par la perspective que la PAC 2027 accompagne et développe le modèle de la polyculture-élevage, elle a mis en garde la Commission européenne sur la directive IED (émissions industrielles). « Toutes ces décisions sans études d’impact, c’est insupportable », s’est-elle agacée expliquant qu’on « a sans doute payé, avec cette directive IED, le report de la directive Phyto et la mise en culture des 4 % de jachère » et que les Français ont sans doute agacé le vice-président de la Commission, Frans Timmermans.
Bruxelles devra retenir deux autres enjeux : tout d’abord la prise en compte financière du CO2 évité et pas seulement stocké, « car cette ressource nous permettrait de parachever la transition agroécologique de nos exploitations », a développé Christiane Lambert ; et ensuite le maintien des prairies.
Avec un peu plus de 50 000 éleveurs laitiers en France, « on est dans une masse critique », a estimé la présidente de la FNSEA, tout aussi inquiète de voir la décapitalisation se poursuivre. « Mais comment faire pour maintenir les prairies si l’élevage s’en va ? », a-t-elle questionné, insistant sur les conséquences pour l’aval de la production en termes d’outils industriels, d’emplois et de souveraineté alimentaire. Sans doute, une des solutions passera-t-elle « par le prix et pas par les aides », a résumé Jérémy Jallat.      

 

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière