Aller au contenu principal

L´aubrac met l´accent sur l´international

Les évolutions de sélection et la commercialisation étaient au coeur des débats de l´assemblée générale du syndicat des éleveurs aubrac du Cantal.

eudi 8 décembre, les adhérents du syndicat départemental des éleveurs aubrac du Cantal ont bravé la neige et les routes verglacées pour participer à leur assemblée générale chez l´un des leurs, à la Sagnette de Paulhac. Le président Michel Bos a tenu à féliciter publiquement les jeunes des établissements d´enseignement professionnel qui, la veille, participaient au concours de jugement de bétail et notamment ceux qui pointaient des aubracs. Le syndicat a contribué à la promotion de la race et des élevages tout au long de l´année écoulée : fête des tersons à Pierrefort, Festa del Païs à Saint-Flour, concours départemental aubrac dans la cité du Vent avec organisation d´une vente aux enchères d´animaux primés, comice intercantonal de Saint-Flour, Sommet de l´élevage à Cournon et salons de Villepinte et de Paris.

IBR obligatoire

Plusieurs réunions de travail ont également jalonné l´année avec des rencontres au Conseil général du Cantal afin de modifier la convention pour la valorisation signée pour trois ans entre le syndicat et le Département. Il a été également question de la certification IBR avec le Groupement départemental sanitaire et le laboratoire d´analyse. La certification sera obligatoire en 2007. "L´Aveyron et la Lozère anticipent dès cette année", a précisé en assemblée générale, Jacques Renoux, directeur de l´Union Aubrac. Comme le contrôle de croissance, il s´agit d´un élément pris en considération au niveau de la commercialisation. Celui-ci est revenu lors de son intervention sur la situation générale de la race. Le cheptel augmente toujours mais surtout hors du berceau. L´Union compte 546 adhérents dont 127 dans le Cantal, désormais le département le moins représenté des trois du berceau de race alors qu´il était le premier il y a quelques années. En revanche, le cheptel du Cantal augmente en moyenne d´une vache par an et par exploitation depuis 1999 pour atteindre le chiffre de 59 par cheptel. "Il est important que les effectifs ne diminuent pas, notamment pour l´exportation vers l´Italie en offrant le plus large choix possible d´animaux", confiait Jacques Renoux. Le département compte 95 taureaux inscrits. Cependant, l´Union note la faiblesse du taux de croisement aubrac-charolais chez les Cantaliens : 18 % contre 25 % en moyenne et 27 % en Lozère.

Un GIE en projet

Sur le terrain, des réunions de secteurs seront proposées dans les prochains mois. C´est une volonté de l´Union de rester ainsi en contact avec la base. Sur le Cantal, trois réunions sont prévues à Anterrieux, Pierrefort et Aurillac. "Nous y aborderons des sujets ciblés comme les orientations à donner à la race, en lien avec la réflexion menée sur la station de sélection et les animaux à y privilégier, annonçait Michel Bos. Un autre sujet sera abordé : la constitution d´un Groupement d´intérêt économique (GIE) avec les éleveurs, les groupements et les négociants afin d´améliorer la commercialisation et le service après vente des animaux et de la génétique, en particulier à l´international. "Nous devons reprendre ce travail et rechercher de nouveaux clients", indiquait Jacques Renoux. Celui-ci faisait part des incidences de la loi d´orientation agricole et les changements qui interviendront dans les prochaines années sur le dispositif génétique français. La baisse des soutiens entraînera un resserrement de la sélection dans chaque race.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière