Aller au contenu principal

L’association de production régionale enfin sur les rails

Le 22 janvier, des éleveurs caprins ont créé la première association de producteurs de chevreaux 
d’Auvergne-Rhône-Alpes. L’occasion de rappeler les objectifs de la structure, ainsi que les conditions d’adhésion. 

Avec cette association, les éleveurs souhaitent valoriser cette viande encore peu connue des consommateurs, bien que familière des anciennes générations.
Avec cette association, les éleveurs souhaitent valoriser cette viande encore peu connue des consommateurs, bien que familière des anciennes générations.
© Hardy/Réussir

Le projet était dans les tuyaux depuis déjà de nombreux mois. Le 22 janvier dernier, l’association de producteurs de chevreaux d’Auvergne-Rhône-Alpes a officiellement vu le jour à Alixe (Drôme). À sa tête ? Denis Dumain, éleveur d’une centaine de chèvres au sein d’un GAEC de trois associés à Ribes, dans le sud de l’Ardèche.
Depuis 8 ans, l’éleveur produit des chevreaux lourds, dont la viande est ensuite découpée, mise sous vide et commercialisée en vente directe. « Je ne trouvais pas logique de dire que le chevreau est un sous-produit du lait, alors que nous en vendons sur notre exploitation et que cela plaît », explique le quinquagénaire, fraîchement élu. Les départs à la retraite de nombreux ramasseurs, puis la création d’un plan de filière dédié à la production de chevreaux, ont fini par accélérer les choses. 
 

Un poids minimum de 10 kilos carcasse retenu


Avec cette association, les éleveurs souhaitent valoriser cette viande encore peu connue des consommateurs, bien que familière des anciennes générations. « Nous voulons la travailler afin qu’elle soit plus finie et plus gustative, tout en ayant des vrais morceaux. Le chevreau lourd demande plus de travail, mais représente une réelle alternative rémunératrice », assure le président. Le prix de vente au kilo varie de 
17 € à 22 € selon la pièce et le mode de vente. Afin d’optimiser les achats, chaque éleveur qui adhère à l’association est invité à s’engager sur le nombre de chevreaux livrés par an. « L’objectif, c’est que les laitiers engraissent sur la ferme et aient un revenu supplémentaire. Selon le mode d’élevage, les coûts de production d’un chevreau varient de 70 € à 90 €. Nous garantissons donc un prix d’achat supérieur, afin que les éleveurs puissent avoir une marge et que personne ne vende à perte ». Pour respecter cet engagement, aucun arbitrage sur la race n’a été fait. Les éleveurs ont en revanche statué sur deux critères. Chaque chevreau doit être nourri au colostrum pendant 5 jours et peser au moins 10 kilos carcasse. Dans un premier temps, ce sera à l’agriculteur d’amener ses bêtes à l’abattoir d’Aubenas (Ardèche), contre une rémunération assurée par l’association. « Si cela fonctionne à Aubenas, ce fonctionnement pourrait se dupliquer à Clermont-Ferrand, Montluçon ou encore Corbas… ». Côté vente, l’association est actuellement en négociation avec un premier client de la grande surface pour l’achat d’environ 200 chevreaux. 2024 sera donc une année test. Ce qui n’empêche pas le président d’imaginer, à plus long terme, l’intégration de la vente directe, ou encore l’adhésion à la marque « Ma région ses terroirs » promue par la Région.
 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière