Aller au contenu principal

L’agriculteur, un entrepreneur presque comme les autres

Sylvain Girard, Nouveau président du Cerfrance Terre d’Allier

© Cerfrance Terre d'Allier

Vous êtes, depuis le conseil d’Administration du 14 juin dernier, le nouveau président de Cerfrance Terre d’Allier, succédant ainsi à Thierry Lafarge.
D’où venez-vous ?

Je suis agriculteur à Gannay-sur-Loire, au nord-est du département. Je suis installé depuis 1995 en polyculture-élevage sur 280 hectares de SAU, dont la moitié en herbe. D’abord installé en GAEC avec mon père, je suis en EARL depuis son départ en retraite et j’emploie un salarié à plein temps sur la ferme. Je suis à la tête d’un troupeau de bovins charolais d’une centaine de vêlages et je cultive du colza, du blé, de l’orge et du maïs irrigué. Cela fait 18 ans que je suis élu à Cerfrance : administrateur, membre du bureau (voir la composition ci-après), vice-président et aujourd’hui président.

On observe que, dans l’Allier, Cerfrance Terre d’Allier est très souvent présidé par un agriculteur. C’est un hasard ?

Non, c’est logique en fait. Le conseil d’administration se compose à deux tiers d’agriculteurs, le tiers restant étant des ACS (artisan, commerçant, prestataire de service, NDLR). Cette prédominance du monde agricole est traditionnelle chez nous mais cette proportion tend à se modifier du fait de la baisse du nombre d’exploitants agricoles. Notre vocation est d’être un centre de comptabilité et nous avons su nous enrichir d’une offre complète de conseils (économique, social, juridique et environnemental …) pour répondre aux besoins de nos 4 600 adhérents. Nous sommes d’ores et déjà  en capacité d’offrir une palette de prestations élargie et adaptée aux chefs d’entreprises. Nous considérons nos adhérents agriculteurs d’abord comme des entrepreneurs.

Chefs d’entreprises à qui vous proposez des prestations innovantes …

Oui, nous rentrons toujours chez l’agriculteur par le prisme de la comptabilité. A partir de là, nous proposons une série de prestations et de conseils allant du coaching à l’expertise comptable. Encore une fois, l’agriculteur est, pour nous, un chef d’entreprise avant tout à qui nous avons envie de proposer une nouvelle approche pour lui permettre de prendre de la hauteur sur son activité afin qu’il puisse se poser les bonnes questions et aller dans le bon sens.

Du coaching ?

Oui, l’idée est d’accompagner nos adhérents tant sur le plan humain qu’économique quelle que soit leur situation. L’objectif est de les aider à garder le lien entre leur entreprise et leur vie, de les aider à anticiper ou gérer d’éventuelles mauvaises passes pour pérenniser leur activité professionnelle. Cette notion fait partie intégrante de notre culture associative.

Sur la partie installation, l’année 2017 entrainait un partenariat
avec la Chambre d’agriculture …

Il ne sert à rien d’être en concurrence frontale sur ce sujet-là dans le contexte actuel. L’ambition de ce partenariat est de mutualiser nos moyens pour offrir nos compétences respectives aux porteurs de projet. Nous plaçons le service aux agriculteurs avant tout.

Propos recueillis par Marie Renaud

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière