Aller au contenu principal

L'abattoir de Langogne se modernise

La préfète de Lozère a visité, vendredi 8 octobre, les locaux de l'abattoir de Langogne, pour discuter des travaux de modernisation engagés.

La préfète de Lozère a visité, vendredi 8 octobre, les locaux de l'abattoir de Langogne, pour discuter des travaux de modernisation engagés.
La préfète de Lozère a visité, vendredi 8 octobre, les locaux de l'abattoir de Langogne, pour discuter des travaux de modernisation engagés.
© Préfecture de la Lozère

Vendredi 8 octobre, la préfète de Lozère, Valérie Hatsch, a visité les locaux de l'abattoir de Langogne pour y dévoiler une plaque, suite au financement, en partie par l'État, des travaux de modernisation de l'abattoir de Langogne, et en présence des conseillers départementaux Jean-Louis Brun et Johanne Trioulier. « En Lozère, les services de l'État se sont mobilisés rapidement et durablement pour accompagner le projet de modernisation de l'abattoir de Langogne, en difficulté depuis plusieurs années », ont expliqué les services de la préfecture.
Au total, 1,8 million d'euros vont être engagés pour la rénovation et la modernisation de cette structure locale, et dont dépendent vingt employés. L'abattoir revêt aussi une grande importance pour les agriculteurs du bassin de vie, et au-delà, pour les agriculteurs de Haute-Loire, notamment.
Cette modernisation, dont le financement est soutenu à 40 % par le département et à 40 % par l'État, va permettre de lancer les travaux d'aménagement intérieur de l'abattoir. « Remise aux normes de la chaîne du froid, habillage des panneaux intérieurs, menuiseries... » a énuméré Thierry Chaze, président de l'abattoir de Langogne, des rénovation à engager. « Par exemple, nous allons habiller les panneaux intérieurs d'une surcouche spéciale pour éviter d'avoir à repeindre tous les cinq à dix ans, ce qui entraînera des économies », s'est réjoui le président. « Nous finalisons actuellement le dossier d'architecte, dans la foulée nous lancerons les appels d'offres et on espère pouvoir commencer les travaux début janvier 2022 », a détaillé Thierry Chaze.
Des travaux qui devraient durer au moins six mois, car la direction de l'abattoir de Langogne a décidé de laisser ses portes ouvertes durant ce laps de temps. « Les travaux seront effectués les après-midi, notamment, pour ne pas gêner les abattages qui se font le matin », a expliqué la direction de l'abattoir. Ces opérations, espèrent les acteurs impliqués dans le projet, « vont permettre de remettre l'abattoir de Langogne sur le devant de la scène, et d'attirer de nouveaux clients ».

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière