Aller au contenu principal

Evénement
La transhumance des troupeaux inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de l’UNESCO, réuni à Kasane (République du Botswana), a validé le 5 décembre, la candidature de « la Transhumance, déplacement saisonnier de troupeaux ».

Au pied du Puy-de-dôme, à la belle saison, les brebis s’élancent sur les pentes du géant endormi.
Au pied du Puy-de-dôme, à la belle saison, les brebis s’élancent sur les pentes du géant endormi.
© © SC

Cette candidature à l'UNESCO était présentée par l’Albanie, Andorre, l’Autriche, la Croatie, la France, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, la Roumanie et l’Espagne, dans le prolongement de la démarche faite en 2019 par l’Italie, la Grèce et l’Autriche. La décision du comité est le résultat d’un travail collectif de longue haleine initié par la France en 2019, par les acteurs du Pastoralisme et de l’Elevage, regroupés au sein d’un Comité de Pilotage animé par le Collectif des Races Locales de Massif (CORAM). Ce comité réunit représentants de l’Etat, organismes agricoles et autres acteurs des territoires.
En juin 2020, ce comité avait déjà abouti à une inclusion des savoir-faire et des pratiques de la transhumance en France à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel. Une première étape couronnée depuis le 5 décembre par un must : l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Jean-Luc Chauvel, éleveur en Haute-Loire, co-président du Comité de Pilotage au titre du CORAM a été l’une des chevilles ouvrières du dossier. Il revient sur le chemin parcouru : « En 2017, alors que se tenait à Coblence en Allemagne, une rencontre des bergers d’Europe, nous avons initié l’idée avec l’Espagne, l’Albanie, la Croatie, l’Autriche, l’Italie et la Grèce, de déposer un dossier à l’Unesco. Les italiens avaient déjà enclenché ce type de démarche, mais qui portait sur les chemins de la transhumance. Notre volonté était d’aller plus loin en faisant reconnaître la pratique dans son ensemble ».


Mais de quelles pratiques parle-t-on ?


La transhumance est un déplacement saisonnier de personnes et de leur bétail entre plusieurs régions géographiques ou climatiques. Chaque année, au printemps et à l’automne, des gardiens de troupeaux, hommes et femmes, organisent le déplacement de milliers d’animaux le long de sentiers pastoraux traditionnels. Ils conduisent les troupeaux à pied ou à cheval avec leurs chiens et, parfois, en compagnie de leurs familles. Pratique ancestrale, la transhumance découle d’une connaissance approfondie de l’environnement et implique des pratiques sociales et des rituels relatifs aux soins, à l’élevage et au dressage des animaux ainsi qu’à la gestion des ressources naturelles. Tout un système socio-économique s’est développé autour de la transhumance, de la gastronomie à l’artisanat local en passant par les festivités marquant le début et la fin d’une saison. C’est bien cette alliance entre tradition et innovation « ayant un impact bénéfique sur les écosystèmes, préservant les races locales et améliorant la fertilité des sols et la biodiversité », qui a fait mouche auprès du jury. Olivier Maurin, co-président du comité de pilotage qui élève des brebis laitières basco-béarnaises et des porcs gascons dans les Pyrénées aux portes de la vallée d'Aspe, s’en félicite : « C’est un hommage fort rendu par l’UNESCO aux éleveurs, bergers et vachers transhumants qui, par leurs pratiques et leur passion pour leur métier, leurs animaux et leur territoire font vivre cette pratique. C’est cet attachement qui permet de préserver des filières de qualité basées sur des systèmes d’élevage vertueux, d’entretenir les territoires pastoraux et la biodiversité afin de répondre aux exigences sociétales pour une agriculture plus durable. »
Et maintenant ?
Dans le cadre de la démarche d’inscription au PCI de l’humanité, un plan de Sauvegarde et de Valorisation de la Transhumance réalisé par le Comité de Pilotage animé par le CORAM a été également élaboré. Il intègre notamment une analyse des risques et des menaces pesant sur la continuité de cette pratique (voir par ailleurs). « Ce plan constitue ainsi un programme opérationnel en faveur de la Transhumance devant permettre d’insuffler une politique dynamique en faveur de la connaissance, de la promotion, de la valorisation et de la transmission de cet héritage culturel y compris avec nos homologues d’autres pays grâce à la mise en place de programmes de coopération internationale. S’engager à préserver la transhumance, cela amènera forcément les Etats à prendre des décisions plus fermes qu’aujourd’hui vis-à-vis notamment de la prédation du loup », résume Patrick Escure, éleveur dans le Cantal, représentant de Chambre d’agriculture France au comité de pilotage.
 

Trouver un équilibre entre usagers de la montagne


L’enjeu du classement est également de donner de la visibilité à une pratique certes ancestrale, mais dont le décor, la montagne, n’est plus désormais le seul apanage des éleveurs, vachers et bergers. « Au-delà du folklore, la transhumance est une activité économique à part entière qui procure un équilibre aux éleveurs dans la gestion de leur exploitation », témoigne Laurent Bouscarat, directeur d’Auvergne Estives.
Partie prenante du comité de pilotage, il voit dans le classement UNESCO, une opportunité pour faciliter le dialogue entre tous les usagers de la montagne, éleveurs et touristes en particulier : « On a besoin de montrer que la transhumance et le pastoralisme façonnent les paysages. En ancrant officiellement la pratique, cela va permettre d’assoir les devoirs et les droits de chacun ».
 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière