Aller au contenu principal

La salle de traite en épi n’a pas dit son dernier mot

Investir dans une salle de traite économique avec la perspective d’accueillir un associé ou un salarié reste une alternative crédible à un robot, particulièrement pour qui traire reste un plaisir. Exemple en Corrèze.

Après quelques stages et une période au service de remplacement, Océane maintient sa préférence pour le système en épi.
Après quelques stages et une période au service de remplacement, Océane maintient sa préférence pour le système en épi.
© UP 19

Coût, rapidité, confort, hygiène, place, gestion de l’astreinte… Choisir son installation de traite soulève de nombreuses questions. Jacques Cornelissen, producteur à Saint-Frejoux près d’Ussel, n’y échappe pas lorsque, après plusieurs années de traite en extérieur, il décide d’investir dans une installation fixe calibrée pour 80 laitières pour 600 000 litres de lait. « J’étais seul à l’époque. Évidemment, j’ai envisagé la possibilité d’investir dans un robot mais j’ai assez vite écarté cette hypothèse car mon objectif était d’accueillir une deuxième personne, salariée ou associée. Le robot, par le montant d’investissement et par son coût d’entretien, remettait en cause la capacité de l’exploitation à rémunérer deux personnes. De plus, nous sommes dans une zone à faible densité laitière. En cas de coup dur, on peut trouver quelqu’un qui sache traire, mais activer ou dépanner un robot me semblait plus compliqué. Enfin, nous disposons de 45 ha de prairies à proximité immédiate du bâtiment. Je voulais conserver un système me permettant de valoriser le pâturage et produire ainsi à moindre coût ».
Le roto est séduisant mais là aussi le montant de l’investissement et la place nécessaire font douter l’éleveur. Son choix se portera finalement sur un système classique mais qui a fait ses preuves, une salle de traite en épi 2×8, avec un système de sortie rapide et une porte rotative. Avec un peu d’autoconstruction, l’éleveur s’en tire pour 60 000 €, avec un coût d’entretien raisonnable pour les années à venir.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière