Aller au contenu principal

La « pénurie de viande » pèse sur les négociations commerciales

Sur fond de recul de la production, les prix de la viande bovine ont flambé de 8 % en 2021. Des hausses insuffisantes pour compenser l’augmentation des coûts de production… mais qui restent difficiles à faire passer à l’aval de la filière.

Sur fond de recul de la production, les prix de la viande bovine ont flambé de 8 % en 2021. Des hausses insuffisantes pour compenser l’augmentation des coûts de production… mais qui restent difficiles à faire passer à l’aval de la filière.
Sur fond de recul de la production, les prix de la viande bovine ont flambé de 8 % en 2021. Des hausses insuffisantes pour compenser l’augmentation des coûts de production… mais qui restent difficiles à faire passer à l’aval de la filière.
© François d’Alteroche/Illustration

Entre une consommation qui a repris et une décapitalisation qui s’est accélérée en 2021, l’Idele (Institut de l’élevage) n’hésite pas à parler de « pénurie de viande ». Un manque de disponibilités qui a « fait s’envoler les prix de toutes les catégories de bovins », compliquant d’autant les négociations commerciales annuelles. L’année dernière, le cheptel de vaches laitières a fondu de 65 000 têtes (-1,8 %), relève l’Idele dans son bilan 2021. En vaches allaitantes, « la baisse de cheptel s’est nettement accélérée » avec une perte de 105 000 têtes (-2,8 %). Résultat : une production en recul de 0,8 %, et des prix qui flambent de 8 % au cours de l’année dernière.

Hausse insuffisante des prix
Mais, en raison de la flambée des coûts de production, la hausse des prix payés aux éleveurs n’est « pas encore synonyme d’amélioration de la rémunération de ces derniers », estime la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA) dans un communiqué le 16 février. Entre le renchérissement de l’énergie et de l’alimentation animale, le prix de revient moyen des bovins viande a connu une « hausse de 4,6 % lors du second semestre 2021 » (toutes catégories d’animaux confondues), selon l’association spécialisée. Même en hausse, les prix payés aux éleveurs restent inférieurs aux prix de revient (de 1,13 €/kg pour les génisses, 77 centimes d’euros pour les vaches allaitantes et 41 centimes d’euros pour les jeunes bovins, au 31 janvier).

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière