Aller au contenu principal

La lutte contre les nuisibles toujours d'actualité

Taupes et rats taupiers demeurent une plaie pour l’agriculture. Toujours près de 50000 ha sont touchés dans le Cantal.

André Dampeyroux a présidé le 4 avril à Pailherols l’assemblée générale annuelle de la FDGdon.
André Dampeyroux a présidé le 4 avril à Pailherols l’assemblée générale annuelle de la FDGdon.
© L'Union du Cantal
La FDGdon (fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles), que préside André Dampeyroux, a pour mission de fédérer les associations locales de lutte contre les ennemis des cultures (communales ou intercommunales) pour leur fournir les produits autorisés et le droit de les utiliser. L’arrêté interministériel qui régit la lutte contre les nuisibles des cultures a expiré le 1er janvier. C’est un arrêté préfectoral, qui en reprend les grandes lignes, dans les même termes. Il est valable un an et concerne donc la campagne 2007. Il prévoit un plan de surveillance, une lutte précoce et oblige à traiter de manière collective lorsque les populations sont en basse densité. Seule la FDGdon est autorisée à distribuer le produit agréé contre le rat taupier (ou campagnol terrestre) : la bromadiolone. Des autorisations à renouveler
Christophe Chabalier, animateur de la fédération, a profité de l’assemblée générale qui s’est tenue à Pailherols la semaine dernière pour prévenir : “L’autorisation de la molécule doit être révisée au niveau européen en 2008”. La crainte étant que le produit soit interdit au profit d’un autre... aux résultats moins sûrs. D’autant que, malgré une efficacité prouvée, des infestations constatées restent très inquiétantes dans certains secteurs. C’est le cas des cantons de Saint-Cernin, de Pierrefort, ainsi qu’autour d’Aurillac, dans la vallée de l’Authre sur la période hivernale 2005-2006. Plus récemment, à l’automne et l’hiver 2006-2007, il a été enregistré des dégâts qui, globalement, ont chuté, mais des communes qui restent très critiques : Saint-Cernin, Girgols, Malbo, Brezons, Dienne, Lavigerie ou encore Ségur-les-Villas.
“On ne fait rien”
Selon le responsable du service régional de la protection des végétaux, les traitements sont nettement insuffisants. “On ne fait rien”, affirme-t-il en s’appuyant sur les chiffres fournis par le FDGdon. “Le Cantal a acheté de quoi traiter 1 500 ha alors que selon les dernières estimations, autour de 50 000 ha de la prairie cantalienne seraient infectés” ! Et comme si ce fléau ne suffisait pas, il faut aussi composer avec les dégâts qu’occasionne la taupe. Celle-ci se développe particulièrement dans les zones qui ont déjà été touchées par le rat taupier : “Elles recolonisent les galeries existantes”, expliquent les experts. Il semble que les agriculteurs accordent -à tort- moins d’importance à son élimination. “Pourtant, elle travaille pour le campagnol en entretenant les réseaux de galeries”. La seule matière active autorisée pour empoisonner la taupe reste l’alphachloralose. Avec 65 doses commandées en 2006, on est très loin des 400 achetées en 2001. Il est rappelé que ce produit n’est valable que chargé sur des vers préalablement coupés. Car le poison tue la taupe, mais pas le ver qui risque de s’extraire des galeries piégées.
 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière