Aller au contenu principal

La loi Littoral (enfin) levée autour du lac de Naussac

Après plus de dix ans de bataille pour sortir la zone économique du lac de Naussac de la loi Littoral, les élus langonais peuvent enfin pousser un soupir de soulagement.

Après plus de dix ans de bataille pour sortir la zone économique du lac de Naussac de la loi Littoral, les élus langonais peuvent enfin pousser un soupir de soulagement.
Après plus de dix ans de bataille pour sortir la zone économique du lac de Naussac de la loi Littoral, les élus langonais peuvent enfin pousser un soupir de soulagement.
© Anne Posedel/Illustration

Le lac de Naussac fait-il mille hectares ou moins ? De cette question et des mesures effectuées dépendaient de nombreux projets économiques, suspendus depuis plusieurs années à la précision de la réponse.
Joël Giraud, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, vient de confirmer, début avril, que le lac de Naussac fait moins de mille hectares. Une bonne nouvelle pour les élus langonais qui, jusqu'à présent, ne pouvaient rien développer sur cette zone soumise à la fois à la loi Littoral et à la loi Montagne. Une réponse apportée suite à la demande du ministre d'effectuer de nouvelles mesures, par photo satellite notamment. « C'est l'aboutissement d'une énorme mobilisation, et qui va redonner un vrai bol d'air à Langogne », a pointé Christine Valentin, présidente de la chambre d'agriculture. « Cette loi Littoral a freiné de nombreux projets de développement agricole », a-t-elle rappelé, notamment ceux de deux jeunes agriculteurs installés sur la zone et qui n'ont pu construire leurs bâtiments où les premières esquisses de projets les plaçaient. « Les terrains vont pouvoir reprendre une vocation agricole et constructible », a souhaité Christine Valentin.
Trois autres lacs en France sont aujourd'hui soumis aux mêmes réglementations « ubuesques », selon les élus, pour qui la loi Montagne apporte déjà « de très strictes procédures en matière de protection de la nature, de biodiversité et des rivages », selon les élus impliqués dans le dossier. La question se pose désormais de savoir si cette réponse gouvernementale peut faire boule de neige pour les autres dossiers.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière