Aller au contenu principal

Inauguration
La Haute-Loire terre de champignons désormais cultivés toute l'année

Le 23 septembre, l'usine Lou Légumes a été inaugurée à Chaspuzac en présence d'élus et de représentants de l’État. Des champignons de Paris frais et de qualité poussent désormais en Haute-Loire.

Le nouveau site de culture a été inauguré le 23 septembre dernier.
Le nouveau site de culture a été inauguré le 23 septembre dernier.
© © HLP

La Haute-Loire est réputée pour ses champignons sauvages dont certains sont ardemment recherchés dans les sous-bois en cette saison. Depuis le mois d'avril 2022, elle est devenue une région productrice de champignons cultivés...  Une champignonnière est en effet sortie de terre dans la zone d'activité de La Combe à Chaspuzac. L'entreprise Lou Légumes a ainsi ouvert son 4ème site de production en Haute-Loire, après Poilley (35), Landivy (53) et Ternay (41). Une installation fort bien accueillie par l'ensemble des élus et qui a bénéficié du soutien financier de la Région et de la communauté d'agglomération du Puy (à hauteur de 1 million d'euros), du département
(250 000 €) et de l’État (225 000 €). Le 23 septembre, les co-fondateurs de Lou, Fabrice Chapuzet, Emmanuelle Roze-Chapuzet et Benoît Roze, ont organisé une grande réception à laquelle ont participé de nombreux invités curieux de découvrir ce site de production ultra-moderne et de surcroît pourvoyeur d'emplois.

De 80 à 150 emplois
Le site de production qui s'étend sur 13 000 m2 comprend 22 salles de culture où poussent plusieurs variétés de champignons : champignon blanc de Paris, Bella Rosé, Portobellos. Dans les salles de pousse, les champignons, installés sur un substrat de paille de blé, de fumier de cheval et de fiente de poule,  grossissent sous la surveillance permanente des opérateurs. Sur 28 jours de culture, 10 jours sont consacrés à la “cueille“ présentée comme un métier à part entière par les responsables de l'entreprise : "Autrefois cultivés dans des caves ou carrières souterraines, les champignons sont désormais produits dans des champignonnières très modernes dotées de chambres de culture dans lesquelles travaillent les cueilleurs, un métier méticuleux et varié". Et le déploiement de l'entreprise est loin d'être terminé, puisqu'elle devrait passer de 80 salariés à l'heure actuelle à 150 sous peu.
"Nous recrutons des personnes de tous horizons et nous formons tous nos cueilleurs" a signalé Benoît Roze. "Une excellente nouvelle pour l'emploi sur le bassin du Puy !" ont conclu unanimement l'ensemble des élus locaux : Michel Joubert, président de l'agglo, Philippe
Delabre, 1er vice-président du conseil départemental, et le président de la Région Laurent Wauquiez (qui est intervenu au moyen d’une vidéo).
Quant au Préfet Éric Étienne, il a salué cette installation qui résulte aussi de l'investissement de l’État dans le cadre du Plan France Relance.
Pour lui : "Cette entreprise illustre notre objectif de soutien à l'attractivité du territoire".

Relocaliser la production
Cultivés sans pesticides et certififiés Bio, cueillis à la main et emballés dans des barquettes une fois leur pied coupé, les champignons sont expédiés le soir même de leur “cueille“ et sont disponibles dès le lendemain dans les rayons fruits et légumes en GMS, restaurateurs et primeurs du département. "Nos champignons poussent toute l'année" soulignent-ils avant de confier leur volonté de "relocaliser cette culture en France pour faire revivre un savoir-faire disparu et redonner à ce type de champignons ses lettres de noblesse".
 

 

Le saviez-vous ?
- Riche en azote (+ de 8 unité d'azote), le substrat utilisé par Lou Légumes pour faire pousser ses champignons peut être réutilisé dans l'agriculture comme amendement des sols. L'entreprise l'expédie déjà chez des exploitants en grande culture ou en agriculture biologique.
- Pour produire 1 kg de champignons Lou, 1 litre d'eau est utilisé.
- Capacité de production : 14 500 tonnes.

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière