Aller au contenu principal

La forêt expliquée sans langue de bois

Comme l'agriculture, la filière forêt-bois est sujette à des critiques et contre-vérités que la fédération nationale des syndicats des forestiers privés détricote dans un fascicule pédagogique.

La surface couverte en forêt a plus que doublé en France en 200 ans.
La surface couverte en forêt a plus que doublé en France en 200 ans.
© P. O.

Trente-six : c'est le nombre d'idées reçues (soit pas moins de trois par mois) sur la forêt et le bois auxquelles les propriétaires forestiers privés représentés par Fransylva ont décidé de tordre le coup dans un fascicule diffusé cette fin d'année. Un document que certains médias et journalistes "sur le front", pourfendeurs d'une déforestation supposément massive et coupable des forêts françaises, seraient bien
inspirés de feuilleter.

La forêt progresse
Voilà justement une idée largement répandue : la forêt française serait en proie à la déforestation. Faux ! La surface de la forêt en France métropolitaine a en effet plus que doublé en 200 ans, passant de 8,9 millions d'hectares (Mha) en 1840 à 14,1 Mha en 1985 puis 16,8 Mha en 2018. Elle couvre ainsi aujourd'hui plus de 30 % du territoire hexagonal (autant que la part des terres émergées recouvertes de forêts à travers le monde), faisant de la France le quatrième pays européen le plus boisé derrière la Finlande, la Suède et l'Espagne.
Mais au fait à qui appartient la forêt française ? À tout le monde, c'est un bien commun... Que nenni ! Les trois quarts de la forêt française (soit 3,5 Mha) sont privés, et seuls leurs propriétaires en assument la responsabilité et la gestion le plus souvent sur plusieurs générations. Par conséquent, l'accès à une forêt privée est soumis à l'autorisation du propriétaire et ce dernier est libre d'en fermer l'accès, tout particulièrement en cas de chantier forestier ou de jour de chasse. "L'interdiction de pénétrer dans une forêt est généralement la conséquence du non respect des règles de bonne conduite les plus élémentaires, écrit Fransylva : dépôt d'ordures, abandon de déchets, feux, pollution sonore, baignades dangereuses, détérioration de chemins avec des engins motorisés..."
La forêt française serait sur-exploitée : là encore une information erronée. Chaque année, on ne récolte en effet que 58 % de la matière bois produite par les forêts françaises (chiffre 2018, source IGN). Certaines forêts souffrent ainsi parfois de sous-exploitation : vieillissantes, non entretenues, elles deviennent plus sensibles aux intempéries et maladies ainsi qu'au risque d'incendies.

Pas de massacre à la tronçonneuse...
Les coupes rases, une aberration écologique ! Encore faux ! En gestion forestière, cette pratique, en vigueur depuis des siècles, correspond à la phase de récolte d'arbres d'âge et de dimension sensiblement identiques sur le même parcelle (futaie régulière). Certes d'un point de vue paysager, pendant quelques mois et jusqu'à la mise en place de la régénération, la coupe rase peut choquer, pour autant des semis sont souvent déjà présents et les reboisements après ces coupes permettent de développer une faune et une flore importantes, typiques des milieux ouverts qui n'existaient plus dans la forêt adulte. Plus globalement, Fransylva rappelle que la coupe est un acte fondamental en forêt, destiné à accélérer les processus naturels de concurrence et sénescence, dans un objectif de production de bois de qualité. "Il s'agit de procéder à un prélèvement intelligent des arbres pour favoriser leur croissance ou leur renouvellement", indique Fransylva, évoquant aussi la nécessité de coupes sanitaires pour récolter des arbres endommagés par des tempêtes, des insectes ravageurs, des sécheresses...

72 % de feuillus
La vox populi voudrait aussi que la majorité des plantations soient faites en résineux. Pour le coup, c'est vrai : en France, 80 % des forêts plantées (soit 13 % de la surface forestière) sont en résineux (douglas, épicéa, pin laricio et pin maritime). De manière générale, les feuillus croissent plus vite, avec une meilleure capacité à valoriser les terrains pauvres, ce qui peut être un atout face au changement climatique. Les feuillus sont eux majoritairement renouvelés par régénération naturelle. En revanche, la forêt française est composée à 72 % d'essences feuillues (la surface de résineux a d'ailleurs reculé de 9 % depuis 1985), c'est la première forêt d'Europe. Elle est cependant très diversifiée avec quelque 190 espèces d'arbres.
Quid des débouchés ? La majorité des chênes français partent-ils vraiment en Chine comme nombreux le prétendent ? Faux : entre 2019 et 2022, on estime à
20 % la part de chênes récoltés en France vendus à l'export, dont une bonne partie en Chine. Il s'agit principalement de chênes de seconde qualité. Il convient également de noter que faute de transformateurs, d'autres essences ne trouvent pas toujours preneurs sur le territoire et sont exportées, tels les frênes, hêtres...
Autre critique adressée à la filière : les crédits carbone issus du reboisement seraient du greenwashing(1). Faux, rétorque Fransylva. Le label bas-carbone, lancé par le gouvernement en 2019, permet en effet de certifier des projets de séquestration carbone ; pour en bénéficier, il faut, entre autres, disposer d'un document de gestion durable et prouver que son projet de reboisement ou d'amélioration permet de capter davantage de carbone. Ces projets sont tous validés par le ministère de la Transition écologique et un contrôle sur le terrain a lieu cinq ans après les travaux.
Mais au final, est-ce bien raisonnable de continuer à lire ces lignes imprimées sur du papier dont la production nécessiterait de "détruire la forêt". Aucune inquiétude : en France, on ne coupe pas d'arbres adultes pour produire du papier. Ce dernier est constitué de fibres de bois, provenant essentiellement de coupes d'éclaircies (coupes d'entretien) et est issu essentiellement de forêts gérées durablement, c'est le cas du papier de L'union du Cantal.

(1) Stratégie marketing consistant à communiquer en utilisant l'argument
écologique.
Source : "36 idées reçues sur la forêt et le bois", édité par Fransylva.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière