Aller au contenu principal

Lentille Verte du Puy
La filière sonne la mobilisation générale pour inciter à semer des lentilles

Le 28 janvier, les acteurs de la filière Lentille Verte du Puy étaient réunis au Brignon sur le Gaec des Granges pour échanger sur l'avenir de cette culture qui traverse une mauvaise passe.

Les acteurs de la filière AOP Lentille Verte du Puy avec le Préfet sur le Gaec  des Granges au Brignon.
Le 28 janvier, les acteurs de la filière AOP Lentille Verte du Puy avaient rendez-vous avec le Préfet sur le Gaec des Granges au Brignon.
© HLP

"La Lentille Verte du Puy est une production emblématique de notre département. Mais aujourd'hui, la filière nous interroge... Nous avons besoin d'une union entre les producteurs et l'Etat pour relancer cette production. La Lentille Verte du Puy est une filière que l'on ne veut pas voir disparaître. Alors, semez de la lentille ! " a indiqué le président de la Chambre d'agriculture, Yannick Fialip, en ouverture de ce temps d'échanges organisé le 28 janvier au Brignon par l'ODG Lentille Verte du Puy et la Chambre d'agriculture.


"Nous avons une AOP. C'est une richesse"
Cette rencontre entre les acteurs de la filière à laquelle participaient le Préfet Eric Etienne, les responsables de la DDT, le député Jean-Pierre Vigier et le sénateur Duplomb, s'est déroulée sur l'exploitation de Daniel et Mickaël Blanc, les associés du Gaec des Granges, une exploitation en polyculture-élevage (160 ha de SAU ; 50 vaches lait - référence de 520 000L ; 80 brebis viande) qui joue la carte de la lentille depuis bien longtemps. Toutefois certaines années, et c'est le cas en 2020, les rendements en lentilles sont si faibles que cela conduit certains agriculteurs à stopper la culture. Des choix radicaux que les acteurs de la filière, et en particulier les conditionneurs, qui font face à une demande conséquente de la part de l'aval, veulent à tout prix éviter.
Au Gaec des Granges, même si les rendements ne sont pas toujours à la hauteur, on continue de laisser une place à la lentille : "Nous avons une AOP. C'est une richesse. La filière s'est battue pour vendre notre produit alors par respect pour tout ce travail accompli, sur notre exploitation, nous continuons à cultiver la Lentille Verte du Puy ; en espérant que 2021 soit favorable" indique Daniel Blanc. Son fils Mickaël, installé en 2020, ajoute que la Lentille Verte du Puy apparaît toutefois de plus en plus impactée par les changements climatiques...


Besoin de solutions à court terme
Le président de l'ODG Philippe Boyer a exposé les principales problématiques auxquelles se trouve confronté notre légume sec : "Il y a une volonté nationale de consommer des protéines végétales et donc de promouvoir la lentille alors que l'on supprime toutes les molécules à la production, les unes après les autres. Ces décisions impactent fortement nos rendements et notre efficacité à la production ! Nous avons besoin de solutions à court terme". La filière à travers l'ANILS travaille sur des méthodes alternatives "mais il nous faut du temps, pour faire de la recherche, et des moyens financiers" a expliqué Franck Rocher, producteur et président de l'ANILS. "Il faut nous aider sur cette partie "recherche", car c'est un cocktail de solutions qui est préconisé" a ajouté Yannick Fialip.
Très compréhensif, le Préfet a encouragé la filière à continuer sur cette voie : "Il faut s'accrocher car vous êtes dans le vrai et la qualité finit toujours par payer. L'Etat sera un allié pour maintenir cette filière" tout en incitant à utiliser à plein le plan de relance sur le volet recherche et des nouvelles techniques de culture.


Demande d'une aide de la PAC
Si comme l'a confirmé Jean-Pierre Vigier, la filière pourra toujours compter sur l'aide la Région, Philippe Boyer a profité de la présence du Préfet pour demander une aide spécifique à la lentille dans le cadre de la réforme de la PAC : "On aimerait qu'une aide à l'hectare soit consentie pour la production de Lentille Verte du Puy" ; une aide perçue comme légitime par la filière alors que la volonté actuelle de la France est d'atteindre l'autonomie en protéines. Le Préfet et les responsables DDT ont pris note de cette demande et ont assuré qu'ils allaient examiné toutes les possibilités offertes dans le cadre de la future PAC.
Pour l'instant l'ODG sonne la mobilisation générale des producteurs et de toutes les structures qui ont un rapport de près ou de loin avec la lentille. "Notre but est de faire fructifier et de transmettre la filière aux nouvelles générations. Il ne faudrait pas que notre génération soit celle qui abandonne la filière !" a indiqué le président de l'ODG.
 

 

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière