Aller au contenu principal

La filière forêt-bois se mobilise et promeut un secteur d’avenir

Durant cinq jours, l’événement “Touchons du bois” a mis en avant les atouts de l’ensemble des acteurs de la filière. Avec 146 000 hectares de forêt, le Cantal a de quoi faire.

Le bois était dans tous ses états la semaine dernière à l’occasion de la manifestation “Touchons du bois”.
Le bois était dans tous ses états la semaine dernière à l’occasion de la manifestation “Touchons du bois”.
© J.- M. A.
Syndicat des propriétaires forestiers, Centre régional de la propriété forestière, Association des communes forestières du Cantal, Office national des forêts, Bois énergie 15, syndicat des scieurs, représentants de la première et seconde transformation, Auvergne Promobois... ils étaient tous présents lors de l’événement promotionnel “Touchons du bois”. Durant cinq jours, c’est toute la filière forêt-bois qui s’est pliée en quatre pour sensibiliser petits et grands sur leurs métiers. Plus d’un millier de personnes est passé par le Conseil général ce week-end. Une initiative unanimement saluée par les élus du Département et de la Région. “C’est la première fois qu’une telle manifestation est organisée sur le département, se félicitait Vincent Descœur, député et président du Conseil général. D’ailleurs, c’est assez naturel d’organiser cela dans un département où il y a un hectare de forêt par habitant. Sinon, de l’élevage à l’exploitation, en passant par la première transformation ou la formation, les perspectives de métiers sont grandes”.Fédérer la filière

Pour le Département, le bois et la forêt se doivent d’avoir “une place dans nos réflexions à venir sur l’environnement en général. Beaucoup d’initiatives originales sont en train de naître sur la filière forêt-bois. Avec 150 000 hectares, la ressource naturelle est importante. Alors, que ce patrimoine vive et soit respecté et exploité par chacun de la meilleure manière. C’est un véritable défi d’avenir et nous sommes tous intéressés par ce que nous ferons de notre forêt demain. Nous avons besoin d’intégrer encore plus de bois dans nos différents projets de constructions”, insistait Vincent Descœur. Des paroles qui n’ont pas laissé insensibles les différents acteurs de cette filière que beaucoup considèrent d’avenir pour le département. “La forêt et le bois sont une richesse économique méconnue dans le Cantal. Et il est temps d’en faire la promotion auprès de tous afin de redonner une dynamique au sein même des acteurs, notait Septime d’Humières, président du syndicat des forestiers privés du Cantal. J’espère qu’une telle mobilisation se concrétisera même à court terme par la création d’une maison du bois et de la forêt”. Fédérer la filière, c’est aussi le souhait émis par René Beaudonnat, président d’Auvergne Promobois. “Depuis des années, je m’efforce de rassembler tous les maillons de cette filière car c’est une grande famille. Cette manifestation ne doit être que le début d’une grande aventure”. Auvergne Promobois regroupe l’ensemble de cette filière forêt-bois. Son objectif est d’en favoriser la  production, la mobilisation, l’exploitation, la transformation et la promotion en vue de développer de la valeur ajoutée et des emplois qui en découlent.

Sensibiliser les jeunes

En Auvergne, près de 4 200 entreprises et 10 000 personnes récoltent, transforment et valorisent les bois. Dans le Cantal, ils sont 2 000 à vivre de la forêt et du bois, dont 1 200 dans le secteur du meuble, une centaine dans les scieries, les autres emplois se trouvant dans les secteurs de la construction, de l’artisanat et de la carbonisation. La ressource existe, alors “Touchons du bois” a fait campagne pour valoriser tout cela. Dès jeudi, ce sont près de 400 jeunes élèves du Cantal qui ont visité les lieux à travers le thème “De l’arbre au meuble, suivez le bois”. Tout d’abord, une forêt naturelle a été reconstituée sur le parvis du Conseil général grâce aux arbres venus de Leucamp, Saint-Mamet et Boisset. Là, les professionnels se sont transformés en guide de luxe en parlant sciage, photosynthèse, transport, abattage, débardage, martelage, embranchage ou encore en nommant les différentes essences qui peuplent nos forêts. Dans l’enceinte même de l’hôtel du Département, les enfants ont eu aussi un large aperçu de la filière. Mieux, ils se sont rendus compte que la forêt ne se résumait pas à aller cueillir des champignons, ou le bois à finir dans la cheminée. La filière représentait un large panel d’activités et de métiers, 17 en tout, qu’Auvergne Promobois s’est fait un plaisir de promouvoir. Le métier du bois n’est pas simplement caractérisé par le bûcheron. Ce sont des métiers plus techniques et moins physiques qu’avant. Cependant, la main d’œuvre fait cruellement défaut à certains (exploitants forestiers par exemple). Pourtant, de nouvelles formations voient le jour en Auvergne, mais seulement 700 jeunes sont en formation dans les quelques 30 établissements qui préparent aux métiers de la filière. Les jeunes deviennent donc une cible privilégiée. C’est dans cet esprit que Lionel Roucan, au nom du Conseil régional, s’est prononcé. “Le potentiel naturel et humain est là. Il nous reste à construire les bâtiments du 21e siècle avec des matériaux sains, économes en énergies. On parle aujourd’hui de développement durable. La forêt, c’est exactement ça, mais au-delà de son rôle économique et environnemental, elle joue aussi un rôle social basé sur le partage et l’utilisation de cette ressource”. “La filière bois est une valeur collective qu’il faut valoriser, renchérissait Jean-François Delage, préfet. J’espère que de nombreux jeunes vont se sentir concernés car il y a beaucoup d’emplois de qualité dans ce secteur d’activités”. 

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière