Aller au contenu principal

La FDSEA organise une formation sur la prédation

Jeudi 27 octobre, la FDSEA a organisé une formation d’une journée pour apprendre à mieux comprendre les procédures et règles en cas d’attaque.

Jeudi 27 octobre, la FDSEA a organisé une formation d’une journée pour apprendre à mieux comprendre les procédures et règles en cas d’attaque.
Jeudi 27 octobre, la FDSEA a organisé une formation d’une journée pour apprendre à mieux comprendre les procédures et règles en cas d’attaque.
© Dominique HOMMEL/Parlement européen/Illustration

« Ca a été une journée très intéressante, très riche », ont relevé les deux animateurs de la formation, Pierre André, conseiller syndical de la FDSEA Lozère et Catherine Rocher, chargée d’études pastoralisme et agri-environnement à la chambre d’agriculture de Lozère. Un beau succès, donc, pour les formateurs qui avaient volontairement limité le nombre de places. La chambre d’agriculture avait, par le passé, déjà organisé quelques formations sur le loup, mais c’est la première fois qu’une telle formation était proposée par la FDSEA.
En face d’eux, une dizaine d’éleveurs aux profils variés, dont une majorité ont déjà subi des attaques de loup. D’autres sont venus pour « en apprendre plus, et pouvoir aider les voisins si une attaque arrive ».
« Le but de la journée n’était pas de débattre de la légitimité du loup en France, nous n’étions pas là pour débattre du sujet de façon politique, ni faire la promotion du loup », a averti dès le départ Catherine Rocher, « mais bien de discuter des moyens de protection possible, du plan loup, et des moyens d’action lors d’une attaque ». Pour le conseiller syndical de la FDSEA Lozère, un autre objectif de la formation était aussi d’avoir « des gens formés sur le terrain, en mesure d’épauler les agriculteurs qui sont attaqués ». Une vraie plus-value, selon Pierre André, qui permet aussi aux agriculteurs attaqués de pouvoir se reposer sur des gens formés, « et peut-être, aider à diminuer le stress ressenti face aux agents de l’État (agents de l’OFB et du PNC, notamment) qui viennent constater les dégâts sur place ». Un stress qui parfois envenime une situation déjà compliquée et créée des tensions dans les échanges. « L’idée, c’est de dire aux éleveurs : “si vous connaissez mieux les enjeux des constats, vous serez plus à même de défendre vos intérêts sur le terrain” », a détaillé le conseiller syndical de la FDSEA. Pour ce faire, les deux formateurs ont donc découpé la journée en différents thèmes : le plan national d’action sur le loup et les activités d’élevage, identifier les principales caractéristiques d’une attaque de loup et les indicateurs permettant de remplir le constat de dommage, et enfin identifier les actions à mettre en place pour protéger son ou ses troupeaux. Un sujet complexe, donc, que les formateurs ont voulu dépolitisé et surtout infomationnel.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière