Aller au contenu principal

La chambre d’agriculture s’engage sur le « bon diagnostic carbone »

Parmi les mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance, un « bon diagnostic carbone » avait été imaginé. Le dispositif est désormais opérationnel depuis le 30 avril.

Parmi les mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance, un « bon diagnostic carbone » avait été imaginé. Le dispositif est désormais opérationnel depuis le 30 avril.
Parmi les mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance, un « bon diagnostic carbone » avait été imaginé. Le dispositif est désormais opérationnel depuis le 30 avril.
© Émilie Wood/Illustration

Doté d’une enveloppe de dix millions d’euros nationalement, cette mesure s’adresse aux agriculteurs installés depuis moins de cinq ans, peu importe la forme sociétaire (individuel, en Gaec, etc.), et bénéficiaires ou non de la dotation jeunes agriculteurs. La chambre d’agriculture de la Lozère va déployer la mesure « bon diagnostic carbone » sur une quarantaine d’élevages du département, entre le 1er juin et le 31 décembre. Ce « bon diagnostic carbone » permet de prendre en charge 90 % du coût d’un accompagnement dans une démarche à la fois de réduction des gaz à effet de serre et d’amélioration du stockage du carbone sur leur exploitation : diagnostic carbone, plan d’action et journées de conseil. Selon les informations données par le ministère de l’agriculture, le reste à charge des agriculteurs qui souhaiteraient se lancer dans ce diagnostic devrait être de l’ordre de 200 à 250 euros. Le prix d’un diagnostic carbone, hors aides, tourne autour de 2 000 à 2 500 euros, a confirmé la chambre d’agriculture.
Trois agents de la chambre d’agriculture de Lozère seront mobilisés sur ce dossier, « et les ajustements nécessaires seront apportés suivant les demandes », a confirmé la chambre d’agriculture. Ces partenariats reflètent la volonté commune de mobiliser les agriculteurs sur l’enjeu majeur de l’atténuation du changement climatique. « Une fois labellisé, un exploitant pourra obtenir des crédits carbone valorisables auprès d’entreprises agissant pour la compensation de leur empreinte environnementale », a rappelé le ministère de l’agriculture.

En savoir plus

Pour plus d’informations, contacter la chambre d‘agriculture à Mende au 04 66 65 62 00.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière