Aller au contenu principal

Journée Noyau de sélection

Évolution et Charolais Univers ont convié leurs adhérents et partenaires sur l’exploitation du domaine des Roses, à Bressolles, dans l’Allier pour un bilan des séries en cours et une présentation de bovins issus d’exploitations proches, adhérentes à la coopérative.

Évolution est une coopérative basée sur le grand ouest de la France, couvrant vingt-quatre départements et employant 1200 salariés dont 700 techniciens inséminateurs. Elle existe depuis 2016 et résulte de la fusion de plusieurs coopératives depuis le milieu du XXème siècle. Son objectif est d’améliorer la race charolaise et de répondre ainsi aux attentes des éleveurs et, plus largement, de toute la filière. Sébastien Clairand est le responsable de la filière viande : « Nous sommes ici, dans l’Allier, à la limite de notre zone où nos adhérents sont présents. Une journée comme celle-ci permet d’informer les éleveurs des dernières nouveautés et des reproducteurs destinés à la diffusion de l’insémination ».

240 éleveurs au niveau national, 25 dans l’Allier

Évolution fédère 240 éleveurs et ce ne sont pas moins de cent d’entre eux que la coopérative a souhaité rassembler mercredi 9 juin au domaine des Roses, sur la commune de Bressolles. Dans l’Allier, ce sont vingt-cinq éleveurs charolais qui ont rejoint Évolution. L’occasion d’évoquer, avec ses adhérents, les travaux engagés par ses équipes aux côtés des éleveurs partenaires. Le domaine des Roses est dédié à l’élevage de bovins charolais sur lequel s’est installé François Hamot fin 2008. Originaire de l’Oise, il est à la tête d’un cheptel de cent vaches charolaises inscrites au HBC depuis 1981, qu’il élève sur une SAU de 127 hectares composée principalement de surfaces fourragères dont vingt hectares de méteil pour les besoins du troupeau. Depuis 2015, 107 hectares de prairies sont conduits en pâturage tournant dynamique. Pour l’aider dans la conduite de l’exploitation, François a l’appui de son fils, Gauthier, salarié d’Évolution, qui souhaite assurer la relève d’ici quelques années en s’installant.

Partage des connaissances et découverte d’autres élevages

Gauthier, de par son emploi d’inséminateur au sein d’Évolution, est très impliqué dans l’amélioration de la race charolaise : « Nous produisons des mâles en maigre et nous engraissons les femelles en vue de la vente directe. Nous assurons également la vente de reproducteurs âgés de seize à vingt mois et entre six et dix laitonnes.  Notre cheptel est à 100% en insémination artificielle que nous pouvons catégoriser par 15 % de semence sexée mâle et femelle, 40 % de taureaux sans cornes et 35 % en Avenir. Le génotypage des femelles de renouvellement et des mâles reproducteurs est assuré ». Équipés d’un Smartvel, François et Gauthier sont engagés au noyau de sélection sans cornes depuis 2015. Pour Gauthier, l’intérêt est « le partage des connaissances techniques, la rencontre d’autres éleveurs sur le secteur ».

L’insémination artificielle en hausse de 1,6 %

L’insémination artificielle voit sa marge de progression augmenter de 1,6 % entre octobre 2020 et avril 2021. Une satisfaction pour Sébastien Clairand : « Elle s’explique par l’activité de nos équipes et par l’offre grandissante de nos taureaux que nous sélectionnons. De plus, l’insémination artificielle est de plus en plus pratiquée par rapport à la monte naturelle car elle offre plus de sécurité ».

⇐ Plus d’infos : evolution-xy.fr


Rencontre avec Patrick Chevalier, technicien création chez Évolution sur les départements de l’Allier, de la Creuse, de la Nièvre et du Puy-de-Dôme. Il prendra sa retraite d’ici quelques semaines.

« À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les éleveurs recherchaient plutôt des animaux à fort potentiel de croissance. Par la suite, se sont les qualités maternelles, notamment au niveau du lait, des facilités de naissance, mais également les qualités bouchères avec une bonne conformation ainsi qu’une finesse d’os améliorée qui ont été mises en avant. Aujourd’hui, nous avons une très forte demande d’animaux possédant le gène sans cornes. Évolution sélectionne en amont des animaux pour leurs morphologies, correspondant aux travaux que nous menons. Des taureaux  qui seront proposés demain aux éleveurs dans nos catalogues ».



Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière