Aller au contenu principal

Jonathan Fayt : « c’est le travail que j’aime »

Les 18 et 19 septembre se déroulera le concours départemental Aubrac à la halle d’Aumont-Aubrac. Une manifestation attendue par les éleveurs, et l’occasion de mettre en avant leurs élevages. Portrait de Jonathan Fayt : jeune installé et premier concours.

Les 18 et 19 septembre se déroulera le concours départemental Aubrac à la halle d’Aumont-Aubrac. Une manifestation attendue par les éleveurs, et l’occasion de mettre en avant leurs élevages. Portrait de Jonathan Fayt : jeune installé et premier concours.
Les 18 et 19 septembre se déroulera le concours départemental Aubrac à la halle d’Aumont-Aubrac. Une manifestation attendue par les éleveurs, et l’occasion de mettre en avant leurs élevages. Portrait de Jonathan Fayt : jeune installé et premier concours.
© Marion Ghibaudo

Installé depuis mai 2017, Jonathan Fayt a déjà participé à quelques comices locaux, mais c’est son premier concours départemental. Une fierté pour ce jeune agriculteur qui a décidé, dès le départ, de ne travailler qu’en race pure. « J’ai toujours été passionné par la race Aubrac », souligne l’agriculteur, heureux dès qu’on lui parle de ses bêtes.
Élevant une cinquantaine de mères Aubrac sur près de 193 hectares, Jonathan Fayt a diversifié ses revenus : 30 % du cheptel, croisé en Aubrac-charolais part à l’export ; il vend aussi « quelques génisses en pure race Aubrac », et est labellisé bœuf fermier Aubrac label rouge depuis 2019. Enfin, il vend quelques caissettes en vente directe, l’hiver surtout, quand l’activité sur la ferme se calme un peu. « Je suis en système foin, et je travaille en monte naturelle, avec quatre taureaux et un taureau charolais », décrit l’agriculteur.
S’il s’est inscrit à ce concours départemental, c’est, dit-il, « grâce à la technicienne de la chambre d’agriculture qui le suit, Claire Forestier, parce qu’elle m’y a poussé. Et je la remercie ». Maintenant qu’il s’est engagé, il a même hâte d’y participer. « Le concours, c’est un moment de l’année où on peut tous se retrouver, se comparer, et ça montre que le pays vit », explique Jonathan Fayt, dans un grand sourire timide. Et pour marquer le coup, il va présenter plusieurs animaux : trois doublonnes, un taureau adulte de trois ans, et un couple croisé. « Même si j’avais peur de ne pas avoir les animaux, Claire Forestier m’a convaincu du contraire. En plus, le troupeau a bien mangé cette année », se satisfait-il.
« Pour moi, ce concours est l’occasion de montrer mon style de bête : j’aime les vaches racées qui ont de belles têtes, les belles aux yeux noirs ». Pour son troupeau, il cherche avant tout de la docilité dans cette race rustique et indépendante.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière