Aller au contenu principal

Fusion avec l´Aveyron
Jeunes bovins du Cantal

Les adhérents de JBC ont voté à l´unanimité la fusion avec la coopérative aveyronnaise Cemac, avec laquelle ils travaillent déjà en étroite collaboration. Une réorganisation inéluctable, JBC risquant de perdre son agrément faute d´une activité suffisante.

© AA
Jeunes bovins du Cantal a invité ses adhérents non pas à une, mais à deux assemblées générales consécutives, le 30 avril à Vic-sur-Cère. L´assemblée ordinaire a fait le point sur l´activité 2002, tandis que l´assemblée extraordinaire avait pour seul objet de présenter et voter la fusion avec la Cemac de l´Aveyron. Pour maintenir son agrément, la coopérative doit se plier aux exigences de la Commission nationale technique (CNT). C´est pour cette raison que l´association est devenue "organisation de producteurs". Mais cela n´a pas suffi… L´activité de JBC a été jugée insuffisante pour atteindre le minimum de 5 000 UGB exigées, et ce malgré le maintien des apports en 2002. En effet, 2 907 bovins maigres ont été commercialisés l´an dernier (soit 83 % de l´activité), ainsi que 463 bovins de boucherie et 142 reproducteurs. "Et si le chiffre d´affaires progresse de 22 %, c´est bien la preuve du redressement des cours du bétail maigre", a précisé Daniel Charmes, président de JBC. Le Cantal conserve une sectionLe bilan de JBC est bon et c´est donc d´une structure en bonne santé que va hériter la Cemac. JBC connaît bien cette coopérative avec laquelle elle travaille en étroite collaboration depuis bien longtemps, et les deux structures ont un fonctionnement rigoureusement identique. Les salariés de JBC (administratifs et techniques) sont d´ailleurs déjà payés par la Cemac. Leurs postes ne sont pas menacés par la fusion. De même, le président de la Cemac tient à rassurer les Cantaliens sur la légitimité de leurs résultats à venir : les 154 adhérents constitueront une section à part entière. En outre, trois Cantaliens vont entrer au conseil d´administration, qui passe de 15 à 18 membres. Il s´agit de Daniel Charmes de Marcolès (actuellement président de JBC), Serge Balthazar de Siran et de Philippe Vidal de Lanobre. Les parts JBC seront échangées contre des parts Cemac, aux mêmes conditions. La formule a su convaincre. Les adhérents de JBC ont voté la fusion. Les adhérents actuels de la Cemac doivent à leur tour se prononcer le 17?mai. Si la fusion est acceptée, son application sera rétroactive au 1er janvier 2003, afin de présenter un rapport comptable entier et unique. Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 10 mai 2003.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière