Aller au contenu principal

Sécheresse
Indemnités sécheresse avant fin 2022et acomptes dès novembre

Le CNGRA, réuni le 18 octobre dernier, a identifié des zones très impactées par la sécheresse, et décidé de versements d'acomptes dès novembre. Mais pour Philippe Chatain, secrétaire général de la FDSEA de Haute-Loire, "le boulot n'est pas fini. Il faut travailler sur la carte définitive".

Suite au dernier CNGRA, la Haute-Loire, comme 10 autres départements, fait l’objet d’une reconnaissance initiale sur la base d’un taux de perte provisoire.
© Adobe Stock

La Haute-Loire fait partie, et ce dans son intégralité, des 11 départements les plus impactés par la sécheresse de ce printemps et cet été 2022. Le Comité national de la gestion des risques en agriculture (CNGRA), réuni le 18 octobre dernier, pour analyser la situation à date sur prairies à partir des données météorologiques et des indices de pousse de l’herbe à fin septembre disponibles au niveau national, a, en effet, permis d’identifier "des zones pour lesquelles les pertes constatées sont les plus marquées et dépassent de façon irréversible le seuil d'éligibilité aux calamités agricoles de 30 % de pertes de production des prairies, même si la campagne ne s’achève que fin octobre" dixit le communiqué du Ministère de l'agriculture. 

À l’issue de ce CNGRA, il est proposé que ces zones qui recouvrent tout ou partie de 11 départements puissent faire l’objet d’une reconnaissance initiale sur la base d’un taux de perte provisoire. Outre notre département, sont concernés, en totalité ou en partie : l’Ardèche, l’Aveyron, le Cantal, la Drôme, la Loire, le Lot, la Lozère, le Puy-de-Dôme, le Rhône et le Tarn.

Parmi les départements les plus touchés par la sécheresse de cet été, lors du dernier CNGRA (Comité National de gestion des risques en agriculture). Et à ce titre, le département bénéficie d’une reconnaissance initiale sur la base d’un taux de perte provisoire. Qu'est-ce que cela veut dire ?

Philippe Chatain : Le CNGRA a effectivement identifié la Haute-Loire comme étant très impactée par la sécheresse avec des pertes constatées qui dépassent de façon irréversible le seuil d'éligibilité aux calamités agricoles de 30 % de pertes de production des prairies. C'est un taux a minima qui sera révisé à partir des derniers relevés qui vont être réalisés en novembre.

Cette reconnaissance vient récompenser tout le travail fait par le syndicalisme et la Chambre d'agriculture, en lien avec l'administration, et ce dès le mois de mai. Des visites de terrain, des demandes auprès de l'administration pour accélérer les enquêtes de terrain et les bilans fourragers… tout cela a permis de déposer une pré-proposition avec 3 taux de perte, comme décidé en CDE (Comité départemental d'expertise) validé par le Préfet, la DDT, les syndicats agricoles et la Chambre d'agriculture, pour le CNGRA du 18 octobre 2022. 

Et maintenant qu'est-ce qui va se passer ?

P.C. : Cette reconnaissance permet, dans un premier temps, de verser un acompte aux agriculteurs concernés, dans le mois de novembre sur la base d'un taux de perte de 30%. Il faudra pour cela que les agriculteurs déposent un dossier sur Telecalam, dès son ouverture ; dans les jours qui viennent, je l'espère.

Mais pour nous, le boulot n'est pas fini. Il faut travailler sur la carte définitive afin de déterminer au plus près les taux de pertes. La Chambre d'agriculture réalise les bilans fourragers sur un panel d'exploitations situées sur l'est et l'ouest du département. La mission d'enquête doit se déplacer les 2 et 8 novembre. La synthèse sera étudiée en CDE le 22 novembre, avec les dernières photos satellites, puis la carte départementale sera envoyée au CNGRA avant le 1er décembre. Un dernier Comité national se réunira début décembre pour acter un taux de pertes définitif.

Le gouvernement annonce pour les 11 départements les plus touchés, le versement des soldes des aides sécheresse avant la fin de l’année 2022. Pensez-vous que ce soit réaliste ?

P.C. : Si tout le monde y met de la bonne volonté, c'est possible. Et ce serait un bon coup de pouce pour les agriculteurs qui doivent acheter du fourrage pour permettre aux troupeaux de passer l'hiver, et qui ont donc besoin de trésorerie. Si on veut limiter la décapitalisation, il faut de l'argent dans les exploitations.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière