Aller au contenu principal

« Il n'y a pas de prairies sans les ruminants »

Lors d’une conférence-débat organisée le 11 mai à Brioude, le scientifique de l’INRAe, Jean-Louis Peyraud a affirmé le rôle essentiel des ruminants, notamment à travers la prairie. Une analyse qui sonne terriblement juste alors que les préjugés vont bon train.

L’élevage de ruminants est indissociable de la présence des prairies, comme ici au pied du Mézenc.
L’élevage de ruminants est indissociable de la présence des prairies, comme ici au pied du Mézenc.
© HLP

« L’élevage de ruminants est un acteur majeur, pour ne pas dire essentiel, pour la durabilité du système alimentaire, c’est à dire qu’on ne peut pas imaginer un système alimentaire s’il n’y a pas quelque part des animaux et en particulier des ruminants », c’est par ces mots que Jean-Louis Peyraud scientifique à l’INRAe a ouvert son intervention lors de la conférence-débat organisée jeudi 11 mai dernier à Brioude-Bonnefont dans le cadre des Finales du Championnat de France de Rugby des Lycées agricoles.
Et d’expliquer pourquoi l’importance des ruminants. Ce n’est pas uniquement parce que « la viande rouge c’est bon pour la santé, et bon au goût de même que le fromage », mais c’est parce que l’élevage de ruminants est indissociable de la présence des prairies. Il dénonce ainsi le parti-pris de certains qui ne voient dans l’élevage que les émissions de gaz à effet de serre (GES) en oubliant l’essentiel.

Un triptyque : végétaux, animaux et sol
Le scientifique rappelle que « l’agriculture, c’est un cycle, avec les productions végétales, les productions animales, les effluents et les sols… », que « les animaux recyclent les biomasses et en particulier les biomasses que ne consomment pas les humains », que « les engrais organiques naturels fertilisent les sols », et que « l’élevage favorise la diversification des rotations et produit des services écosystémiques avec la prairie ».
Jean-Louis Peyraud étaye ensuite ses propos à partir d’éléments chiffrés. Ainsi il précise que 95 % des protéines que mangent les ruminants, toutes espèces confondues, ne peuvent être mangées par l’homme. Il démonte l’argument des anti-élevage qui affirment que pour produire 1 kg de viande, il faut 7 kg de protéines consommées, en démontrant que certains systèmes, notamment en vaches laitières mais même en bovins et ovins viande, sont créateurs nets de protéines.

Des systèmes perfectibles
Bien sûr tous les systèmes d’élevage ne sont pas vertueux, mais dans le massif-Central, nos systèmes herbagers, bien que perfectibles, vont dans le bon sens, dans le sens d’une « agriculture circulaire et plus efficiente ».
Le scientifique insiste aussi sur les effluents d’élevages, des « engrais qui n’ont aucun coût GES par rapport à de l’ammonitrate ; on produit 28 kg d’équivalent CO2 par kg d’azote minéral qu’on va épandre sur le champ et on en produit quasiment zéro avec les effluents d’élevage ». De même, les ruminants sont attaqués sur leur production de méthane. « Oui, ils produisent du méthane depuis la nuit des temps, mais on oublie de dire que les ruminants permettent de stocker le carbone dans le sol avec la prairie entre autres ». Par ailleurs, seuls les ruminants peuvent consommer la cellulose produite en quantité par la végétation ; si on n’avait plus de ruminants, les 2/3 de la biomasse produite par photosynthèse en France ne serait pas utilisable pour l’alimentation humaine. Par contre, avec les troupeaux c’est beaucoup d’émissions d’ammoniac, mais il existe des solutions pour les réduire. « Tout n’est pas blanc, tout n’est pas noir ». On peut jouer sur l’alimentation, les additifs alimentaires, la qualité des fourrages, la génétique… et baisser de 30 % l’intensité des émissions de GES.
L’élevage contribue à la fertilité des sols, combat l’érosion, et participe à une meilleure activité du sol, ce qui fait dire au spécialiste que « la prairie, le troupeau et l’éleveur qui gère le système, c’est un trio. Et l’un ne va pas sans les autres ».

L’élevage entretient la biodiversité
Autre affirmation, l’élevage entretient la biodiversité. « Une prairie permanente c’est 50, 60 voire 70 espèces végétales présentes et une multitude d’espèces d’animaux dans le sol, c’est aussi une diversité de paysages. Selon les chiffres de l’institut de l’élevage, 1 UGB en France, c’est à peu près 90 m de haies ; on supprime les vaches, on supprime les haies… » précise Jean-Louis Peyraud. Et d’ajouter : « il n’y a qu’un seul système agricole qui permette autant de biodiversité que la forêt primaire, c’est la prairie permanente. Si on supprime de l’élevage et donc de la prairie naturelle, on perdra en biodiversité… ».
En conclusion de son intervention, le scientifique a résumé : « la réalité est complexe et les messages sont souvent trop simplistes. Pour chaque performance, l’élevage peut avoir des effets positifs ou négatifs, tout dépend du système et de la conduite : The problem is not the cow, it is how ! ¹ ».
Les systèmes d’élevage ont des atouts à faire valoir, mais ils doivent aussi évoluer en profondeur pour bénéficier des atouts tout en limitant les impacts : effectifs totaux, répartition territoriale (systèmes alimentaires circulaires), évolution des pratiques. Il faut maintenir la diversité des systèmes : diversité des contextes, des demandes (prix, qualités…), du besoin de résilience…
Jean-Louis Peyraud a ressorti une ancienne étude de l’INRA, qui a quantifié qu’un hectare de biodiversité d’une prairie permanente européenne, c’était 600 euros. Ça donne une idée des services que rend l’élevage.

1. Le problème ce n’est pas la vache, c’est comment elle est élevée !

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière