Aller au contenu principal

Herd book Limousin : une année mitigée de plus

La campagne 2013-2014 n’aura pas été celle de la reprise pour la race Limousine. Réunis en assemblée générale à Lanaud le 4 décembre, les responsables ont fait le bilan d’une année morose. Une de plus.

© P. Dumont

De conjoncturelles, les difficultés semblent devenir structurelles pour les éleveurs limousins. Baisse des cours, demande de reproducteurs moindre, l’heure n’est pas aux réjouissances. Malgré tout, le nombre d’adhérents du Herd book Limousin s’est maintenu lors de cette dernière campagne. Si les arrêts de contrôle de performances et les cessations d’activité s’élèvent à 62, elles sont presque compensées par l’arrivée de 52 nouveaux adhérents. Une raison d’espérer et de persévérer pour les responsables du Pôle de Lanaud. Le nombre de vaches cotisantes progresse (+2,2 %) preuve de la nécessité toujours présente d’agrandir le cheptel pour maintenir son revenu. La certification mâles et femelles, après un rebond l’an passé, repart à la baisse avec respectivement -6,8 % et -15,8 %. En revanche, la qualification augmente. Sur la campagne écoulée, on compte 12 vaches supplémentaires qualifiées RR et 4 RRE. Parmi les raisons possibles de cette progression, la mise en place du nouvel indice IBOVAL en septembre, qui a conduit à deux indexations dans l’année. 10 mâles supplémentaires ont été qualifiés RRVS et 6 RREVS sur la campagne. Le nombre de veaux qualifiés reste stable. Enfin, les exportations sont en recul avec près de 180 animaux exportés en moins. Les exportations vers les pays de l’Est, Russie en tête, qui avaient fait les beaux jours de 2011 sont encore une fois absentes cette année. Au chapitre des actions menées lors de la campagne, Jean-Marc Alibert, président du Herd Book a rappelé la participation d’une quarantaine d’éleveurs au programme de mesure de l’ouverture pelvienne. Les travaux du futur Limousine Park semblent par ailleurs en bonne voie.

Les perspectives du marché mondial
À l’issue de l’assemblée générale, Philippe Chotteau, responsable du département économie de l’Institut de l’élevage a fait le point sur le marché de la viande bovine mondial. Premier constat au niveau européen, la consommation chute : -14,6 % en six ans. En parallèle, la production décroît elle aussi. Fait nouveau cependant, le cheptel laitier remonte après de nombreuses années de chute. Dans les trois années écoulées, il a gagné 500 000 têtes. En France, la décapitalisation entamée en 2011 se tasse. La production de viande bovine reste inférieure à la demande. La consommation se maintient globalement même si les morceaux à griller et à rôtir reculent au profit du steak haché. La demande mondiale tire le marché et les prix qui semblent redécoller partout sauf en Europe. La Chine est actuellement le premier importateur de viande mondial avec 1 Mtec. La demande est aujourd’hui principalement le fait de pays en voie de développement. Dans les dix ans à venir, la demande est estimée à 9 Mt soit la production actuelle du Brésil. Dès lors, quelle stratégie mettre en place en France ? Éleveurs vieillissants, revenus en berne, controverses sur la viande, difficultés d’investissement quand les marges sont étroites, faible proportion de viande française dans la restauration hors domicile, la situation doit en effet conduire à se poser des questions. L’élevage français a cependant des atouts à mettre en avant : la traçabilité, le soutien apporté par la PAC, la performance de ses abatteurs… des défis vont être à relever d’ici peu. Ainsi, la fin des quotas laitiers pourrait conduire les éleveurs laitiers à se retourner vers l’élevage allaitant. Les négociations commerciales à l’international doivent être suivies de près de même que les attaques récurrentes contre la viande bovine. Des opportunités existent néanmoins avec la progression de la demande en viande des classes moyennes en Asie et dans les pays méditerranéens et avec l’image positive de la gastronomie française.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière