Aller au contenu principal

Groupama lance son assurance prairies

Groupama met a la disposition de ses clients son offre assurance prairies. Objectif : compenser le déficit fourrager en cas de sinistre climatique, sécheresse notamment.

Il est possible de souscrire à l’assurance prairies de Groupama depuis le 18 janvier.
Il est possible de souscrire à l’assurance prairies de Groupama depuis le 18 janvier.
© Le Réveil Lozère

Après le lancement de l’offre multirisque climatique sur les grandes cultures, la viticulture et l’arboriculture, Groupama propose désormais une assurance prairies depuis le 18 janvier. Destinée aux éleveurs, l’assurance prairies a pour objet de sécuriser le besoin fourrager nécessaire à l’alimentation des animaux. Subventionnée jusqu’à 65 % par les pouvoirs publics, le montant total de la subvention est en fonction du montant total des cotisations éligibles et dans les limites de l’enveloppe budgétaire allouée par l’État. Cette assurance s’appuie sur les préoccupations des éleveurs : être en capacité de racheter du fourrage en cas de déficit de production sur les prairies. La production fourragère est estimée à partir de données satellitaires fournies par Astrium et traduite en indice. Le déficit fourrager correspond à l’écart entre la production mesurée en année normale (moyenne sur cinq ans a laquelle on a enlevé la meilleure et la plus mauvaise année) et la production de l’année. Les données sont recueillies sur 20 000 petites régions agricoles et il peut arriver que plusieurs indices s’appliquent sur une même exploitation, selon la localisation des parcelles. L’herbe produite par les prairies, qu’elle soit fauchée ou pâturée, contribue à l’alimentation du cheptel. Elle est évaluée au moyen de l’indice prairies de Groupama. Cet indice est mesuré en continu par images satellites depuis plusieurs années. Sa variation rend compte de l’évolution de la production d’herbe à l’échelle locale. Le contrat prairies vient garantir ce besoin fourrager. En cas d’événements climatiques (sécheresse, l’excès ou le déficit de température), une indemnité est versée pour compenser le déficit de production d’herbe et permettre de financer un rachat de fourrage.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 21 janvier 2016, numéro 1343.

Pratique
Pour plus d’informations, contactez votre conseiller agricole ou posez vos questions à relationspresse@groupama-oc.fr.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière