Aller au contenu principal

Grégory Besson-Moreau : « Les agriculteurs ne seront plus les victimes de la guerre des prix »

Le Parlement a adopté définitivement jeudi dernier, par un ultime vote du Sénat, de « nouvelles règles du jeu » pour protéger la rémunération des agriculteurs dans les relations commerciales avec industriels et distributeurs. Le point sur cette loi Égalim 2 avec son rapporteur Grégory Besson-Moreau (LREM).

Grégory Besson-Moreau : « L'objectif de ce nouveau texte est de compléter la loi Alimentation ou "Égalim", votée en 2018, qui n'a pas tenu ses promesses en termes de rémunération pour les agriculteurs ».
Grégory Besson-Moreau : « L'objectif de ce nouveau texte est de compléter la loi Alimentation ou "Égalim", votée en 2018, qui n'a pas tenu ses promesses en termes de rémunération pour les agriculteurs ».
© SC

Pourquoi avez-vous choisi de vous emparer du sujet agricole en général et de la rémunération des producteurs en particulier dès votre élection en 2017 ?
Je suis élu d'un territoire rural dans l'Aube. Même si je ne suis pas moi-même issu du monde agricole, j'ai une affinité particulière avec ces gens de la terre. J'apprécie leur rudesse, leur franchise, leur bon sens, leur loyauté. Mais leur confiance se mérite, et une fois le contact noué, les postures écartées, j'ai pu travailler très concrètement avec la FDSEA et son président Joël Hospital, qui est devenu un ami, puis avec les syndicats nationaux dans le cadre de la loi Égalim 2.

La loi Égalim 1 n'était-elle pas suffisamment abouti qu'il faille la consolider par un second volet ?
Égalim 1 n'est pas une mauvaise loi, mais elle n'allait pas assez loin dans l'objectif d'une meilleure rémunération des producteurs. Nous avons créé, à la demande des différents syndicats agricoles, davantage d'outils : indicateurs de coûts de production, possibilité de se regrouper en organisation de producteurs, contractualisation... Mais l'erreur a été de penser que séparément ces outils seraient suffisants. Il fallait un lien, un chef d'orchestre pour faire fonctionner ces outils entre eux. À l'issue d'une commission d'enquête sur les relations commerciales, nous avons constaté avec Thierry Benoît (ndlr : député d'Ille-et-Vilaine UDI) que personne n'utilisait ces outils, et que l'argent ne redescendait pas dans les cours de ferme. Notre rapport issu de cette commission d'enquête, organisée à huis clos et sous X, c'est dire le caractère sensible du sujet, a démontré que la loi de modernisation de l'économie (LME) avait été profondément néfaste au ruissellement. En permettant de faire tout et n'importe quoi, de négocier à outrance, cette loi a placé les acteurs de l'amont en difficulté.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière