Aller au contenu principal

François Purseigle : « cesser de penser l'agriculture comme on la souhaite mais comme elle est »

Ce sociologue spécialiste de l'agriculture décrit un monde agricole en pleine transformation, où le modèle familial laisse désormais sa place à de multiples entreprises plus complexes, avec un salariat agricole plus développé.

Ce sociologue spécialiste de l'agriculture décrit un monde agricole en pleine transformation, où le modèle familial laisse désormais sa place à de multiples entreprises plus complexes, avec un salariat agricole plus développé.
Ce sociologue spécialiste de l'agriculture décrit un monde agricole en pleine transformation, où le modèle familial laisse désormais sa place à de multiples entreprises plus complexes, avec un salariat agricole plus développé.
© GS

« Comment maintenir une agriculture paysanne quand la ferme se transforme en firme ? » C'est la question posée ce 6 juin à François Purseigle, sociologue de l'INP-Ensat de Toulouse, spécialiste des mondes agricoles. S'appuyant sur son travail « une agriculture sans agriculteurs », ouvrage paru fin 2022, le sociologue a lancé un appel à « cesser de voir la photographie de l'agriculture en sépia » et la « penser non plus comme on la souhaite mais comme elle est ».
Car à quoi ressemble l'agriculture française aujourd'hui ? Avec 1,5 % de la population active, « jamais la France n'a compté aussi peu de chefs d'exploitation » et la moitié d'entre eux aura l'âge l'égal pour partir en retraite d'ici 2030. Hormis dans les régions d'élevage, comme le Massif central où il persiste, le modèle d'agriculture familiale est également devenu minoritaire, 18 % des chefs d'exploitation travaillant aujourd'hui avec un conjoint du même statut. Un déclin qui est aussi le fait des familles elles-mêmes, moins attachées à la préservation de l'activité économique : « De moins en moins de collatéraux s'assoient sur le patrimoine. ».
Dans ce cadre, analyse François Purseigle, « la souveraineté alimentaire va être portée par une population moins nombreuse et des entreprises qui fonctionnent différemment ». Il n'est pas ici question que d'agrandissement et de concentration. Selon le sociologue, « l'élévation de la taille moyenne des exploitations (63 hectares aujourd'hui) ne dit rien de la complexité des activités agricoles ». « Des éleveurs qui avaient endossé le projet industriel breton, avec de forts investissements et une intensification de la production ne peuvent pas, ne peuvent plus monter en charge quand un industriel leur demande » et se retrouvent à leur tour en difficulté pour transmettre leur activité. Selon François Purseigle, en Bretagne, 70 % des producteurs de porcs vont cesser leur activité tandis que le nombre d'exploitations laitières passerait de 200 000 en 1980 à 50 000 à l'horizon 2030.

Dominique Granier : « sécuriser la terre nourricière »

Toujours heureux de venir en Lozère, « département le plus safériste de France, où tout le monde travaille pour le foncier », le président de la Safer Occitanie réélu lors de l'assemblée générale de ce 6 juin, à Aumont-Aubrac a rappelé l'importance de ce « parlement du foncier » qui « a la confiance de tout le monde et c'est là où tout se joue, on a besoin d'être encore plus forts demain ». L'occasion aussi pour lui de pointer les enjeux forts autour de la question de l'eau, abordée notamment lors du congrès des SAFER, dédié à l'environnement, en décembre 2022. Très attaché à « la préservation de la souveraineté alimentaire » en Occitanie, assurée en ovin et en bovin notamment par la Lozère, il est essentiel pour lui de « sécuriser la terre nourricière » et avec, le lien vital entre eau et foncier : « une terre sans eau ne vaudra plus rien demain ». C'est donc aussi selon lui le rôle de la SAFER « de voir avec les maitres d'ouvrage comment réussir à faire des retenues intelligentes pour retenir l'eau qui coule, et non pas pomper dans les nappes », et surtout accompagner la profession pour « changer notre mode de culture, et avec, nos modes de vie ».

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière