Aller au contenu principal

Forum réfugiés - “Aurillac ressemble tellement au Burundi...”

Il y a trois ans, Jean-Pierre Harerimana a dû quitter son pays, le Burundi, et son métier de journaliste reporter d’images. Aujourd’hui à Aurillac avec sa famille, il se construit un nouvel avenir.

Jean-Pierre Harerimana a proposé une expo photos de clichés pris à Aurillac et dans son pays.
Jean-Pierre Harerimana a proposé une expo photos de clichés pris à Aurillac et dans son pays.
© p. O.

“Aurillac ressemble tellement au Burundi...” Chaque fois qu’il pose le regard sur le paysage qui l’entoure, Jean-Pierre Harerimana sent poindre la nostalgie de son pays. Un état d’Afrique de l’Est parmi les plus pauvres de la planète qu’il a fui fin 2016 et plongé dans une crise politique suite à la tentative de coup d’État du général Niyombare en mai 2015 contre le pouvoir en place, celui du président Pierre Nkurunziza. Un président qui a décidé de se représenter pour un troisième mandat, violant ainsi l’accord d’Arusha.
Journaliste reporter d’images, Jean-Pierre, qui a fêté ses 47 ans en France, travaille alors depuis une dizaine d’années pour l’agence indépendante Reuters. Comme ses confrères, il est une cible privilégiée dans la période trouble qui suit l’élection et qui voit des personnalités politiques, militaires mais aussi des journalistes, assassinés, des radios privées incendiées par les forces gouvernementales. “Un ami avec lequel je travaillais a été tué avec toute sa famille le 13 octobre 2015 , relate le réfugié. Je me suis alors dit que ça pouvait m’arriver aussi.”

Journaliste cible

En décembre 2016, il s’envole donc pour Paris. Sa demande d’asile est rapidement acceptée et le Burundais se met en quête d’un poste dans la presse. Malgré l’appui de Reuters, la mission s’avère compliquée pour ne pas dire impossible. Jean-Pierre Harerimana obtient le regroupement familial et peut faire venir sa femme et ses enfants restés au Burundi, sous la menace d’exactions. Sans revenu, impossible de se loger dans la capitale parisienne, même auprès de bailleurs sociaux. Jean-Pierre est alors aiguillé vers le CPH, le Centre provisoire d’hébergement d’Aurillac. Ouvert à Belbex en mai 2017 et géré par l’association Forum réfugiés, ce centre dispose de 60 places d’hébergement sous la forme de 16 appartements où les réfugiés ayant obtenu une réponse positive à leur demande d’asile peuvent rester neuf mois, le temps de devenir autonomes (lire ci-dessous), d’apprendre et parfaire leur français, de trouver un emploi ou une formation...
Sans faire définitivement le deuil de son métier, le Burundais n’a lui pas hésité à entreprendre la formation proposée au Campus pour devenir installateur de réseau très haut débit via la fibre. Depuis le mois de juillet, il se montre assidu et motivé car il dispose déjà d’une promesse d’embauche de l’entreprise Escot. Sachant qu’avant d’intégrer la télévision burundaise, il a suivi un cursus d’électromécanicien.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière