Aller au contenu principal

Florian Tichit : « Être agriculteur, c'est une passion que je souhaite transmettre à mes enfants »

Installé depuis février 2016 à Lachamps-Ribennes (le Crouzet), Florian Tichit, du Gaec Tichit du Crouzet, élève sur son exploitation des limousines et possède un atelier hors-sol. Le concours interrégional limousin sera sa troisième participation à un concours.

Installé depuis février 2016 à Lachamps-Ribennes (le Crouzet), Florian Tichit, du Gaec Tichit du Crouzet, élève sur son exploitation des limousines et possède un atelier hors-sol. Le concours interrégional limousin sera sa troisième participation à un concours.
Installé depuis février 2016 à Lachamps-Ribennes (le Crouzet), Florian Tichit, du Gaec Tichit du Crouzet, élève sur son exploitation des limousines et possède un atelier hors-sol. Le concours interrégional limousin sera sa troisième participation à un concours.
© Florian Tichit

Les 23 et 24 octobre, la grande halle d'Aumont-Aubrac accueillera la quatrième édition du concours interrégional limousin, auquel sont inscrits 200 animaux issus de 48 élevages différents, et 12 départements seront représentés (Occitanie, Paca, Aura, Bourgogne, Auvergne).
Au total, 19 sections seront jugées par un juge unique sur les deux jours, avec un programme serré : le samedi, les animaux seront jugés ; le dimanche, sont prévus un défilé et la remise des prix - ce même jour seront remis les sabots de bronze.
Ce concours limousin, Florian Tichit l'a préparé avec soin, même s'il n'amène que trois taureaux de l'exploitation (deux mâles de l'année et un de deux ans), utilisés pour la reproduction. « Avec la crise du Covid-19, nous n'étions pas sûrs que le concours se tiendrait donc on s'est concentré sur ces trois bêtes », explique l'éleveur. Aux précédents concours auquels il a participé, il avait amené des génisses et des mâles. « La première année, on y était allé pour voir comment ça se passait, la seconde année, on a amené des bêtes un peu meilleures, une de onze ans, des vaches sans corne et des génisses », détaille ce dernier. Une tranquille montée en gamme qui correspond bien à la vision qu'a Florian Tichit de son exploitation.

Une exploitation qui s'améliore régulièrement
« J'aime la génétique », explique tout de go l'agriculteur. Si son installation s'est faite pas à pas, c'est pour s'appuyer sur de solides bases. « Quand je me suis installé, nous avions une trentaine d'hectares et 10-15 vaches », décrit Florian Tichit.

Les plus lus

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière