Aller au contenu principal

Interview
« Faites-nous confiance ! »

Jocelyn Dubost, président des Jeunes agriculteurs AuRA, sur les finales départementale et régionale de labour, organisée par JA de l’Isère.

Pour Jocelyn Dubost, président de Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes, les FRL marque la rentrée syndicale.
Pour Jocelyn Dubost, président de Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes, les FRL marque la rentrée syndicale.
© TD

La finale régionale de labour (FRL) se tient le 3 septembre à Sardieu et Ornacieux-Balbins, en Isère. Est-ce un évènement important pour les Jeunes agriculteurs ?
Jocelyn Dubost : « Oui, bien sûr ! Car c’est le rendez-vous qui marque notre rentrée syndicale, après les mois de juillet et d’août où nous sommes dans nos fermes et dans nos champs. C’est un temps important car il clôt les finales de labours de tous les départements et draine toujours un très large public. »


Vous êtes à la fois isérois et donc local de l’étape, mais aussi le représentant des Jeunes agriculteurs de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Que ressentez-vous d’accueillir cette manifestation « chez vous » ?
J. D. : « Au sein de JA, nous avons décidé au moment de la fusion entre les régions Auvergne et Rhône-Alpes, que les FRL seraient organisées chaque année dans un département différent. Je me réjouis que l’Isère soit organisatrice au moment où j’ai cette responsabilité régionale. Je vais pouvoir vivre l’évènement de l’intérieur même si d’autres agriculteurs s’occupent bien plus que moi de l’organisation. »


Ces finales sont-elles des vitrines pour l’agriculture ?
J. D. : « Tout à fait. Organisées depuis des décennies, elles restent des fêtes traditionnelles qui mêlent à la fois un public d’agriculteurs professionnels et performants, et un autre composé le plus souvent des habitants du monde rural, parfois des milieux urbains, à qui nous pouvons expliquer notre métier, nos pratiques, nos contraintes. Mais cela demande beaucoup de travail, d’investissement aux organisateurs. Il faut trouver les parcelles, les bénévoles, les chapiteaux, organiser la soirée… Je salue l’implication de toutes ces personnes qui permettent à ces évènements de voir le jour. »


Quel message JA souhaite-t-il faire passer au grand public ?
J. D : « C’est toujours le même que nous martelons. « Faites-nous confiance ! » Nous travaillons bien. Nous faisons de belles choses, de bons produits. Nous façonnons des territoires variés avec des cultures et des productions différentes, allant de l’élevage au maraîchage, en passant par l’arboriculture, les grandes cultures et tant d’autres. Nous voulons mettre en avant ce que nous faisons, partager nos métiers, faire découvrir nos pratiques, nos savoir-faire, ainsi que tous les hommes et les femmes qui font cette agriculture».


Et aux politiques ?
J. D : « Encore une fois, nous voudrons leur redemander une vraie et pleine application de la loi Egalim ! Nous aborderons aussi la question de la prédation et toutes les règles qui nous sont imposées et qui mettent en péril nos exploitations. Il sera également question d’installation, ce dossier que nous portons avec tant d’enthousiasme. Car il va en falloir du monde pour remplacer tous ceux qui vont partir à la retraite prochainement. »


Quel est le rayonnement de cette manifestation ?
J. D : « Le grand public vient plutôt des environs. En l’occurrence, cette année, il sera essentiellement isérois et drômois. Mais s’agissant du concours de labours, nous attendons des concurrents de toute la région. C’est pour cela que nous jugeons important de tourner et de faire en sorte que tous les douze ans, un département soit organisateur. Cela permet à chacun de valoriser ce qu’il fait. »

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière