Aller au contenu principal

Face à un prix du lait anormalement bas, Sodiaal est la première entreprise visée

Une délégation FDSEA-JA du Cantal, conduite par Jean-Paul Peyral, Denis Boudou et Chantal Cor, première vice-présidente de la Chambre d'agriculture, a rencontré à Saint-Flour le président de Sodiaal.

Lors de cette réunion, le président Damien Lacombe s'est défendu en présentant une stratégie Sodiaal globale : "Valoriser le mieux possible nos produits pour faire face aux inflations et permettre plus de valeur distribuée aux producteurs (...). Le sujet n'est pas qu'Égalim, que l'on a soutenue, mais le delta avec l'Europe du nord, très réactive, et comment la filière française arrive à palier ça."
Lors de cette réunion, le président Damien Lacombe s'est défendu en présentant une stratégie Sodiaal globale : "Valoriser le mieux possible nos produits pour faire face aux inflations et permettre plus de valeur distribuée aux producteurs (...). Le sujet n'est pas qu'Égalim, que l'on a soutenue, mais le delta avec l'Europe du nord, très réactive, et comment la filière française arrive à palier ça."
© RSA

Si pour cette action, les tracteurs n'ont pas démarré dans le Cantal, en revanche les calculettes étaient de sortie. Et le compte n'y est pas. Après deux heures de discussion entre le président de Sodiaal et une délégation d'une douzaine de producteurs, la FDSEA et les JA avouent être "restés sur leur faim".    Comme partout où des actions étaient menées ce jeudi 4 août, le prix du lait est l'unique revendication et l'opérateur n'est pas choisi au hasard.
Des promesses...
D'une part parce que Sodiaal n'est pas dans le peloton de tête de ceux qui rémunèrent le mieux, d'autre part parce que c'est la première coopérative laitière française et que beaucoup risquent de lui emboîter le pas. "Et surtout parce que Sodiaal change les règles du jeu en cours de partie", dénoncent les syndicats en référence à la sortie de tous les indicateurs dans une formule de calcul de prix. S'ils entendent bien l'argument d'une inflation des coûts industriels, les producteurs rappellent qu'eux aussi ont vu leurs charges exploser et refusent d'être la barrière d'ajustement.
"Pour rentrer dans nos frais, il nous faut 450 EUR/1 000 litres", martèle la délégation. En juillet, le prix était à 402 EUR (403 EUR en août et 407 EUR en septembre) et Damien Lacombe, président du groupe Sodiaal, promet 410 EUR en moyenne sur l'année 2022 ; soit 70 EUR de plus que l'année précédente. Les producteurs sont dubitatifs... Jean-Paul Peyral (section lait de la FDSEA) garde davantage d'espoir pour 2023. "Les négociations commerciales sont actuellement en cours et on nous les promet plutôt favorables."  

Pour autant, l'horizon reste flou, alors même que la loi Égalim était sensée offrir cette lisibilité à long terme. "À condition de la respecter, de se tenir à une formule d'indicateurs", insiste Denis Boudou (JA).
"On veut de la li-si-bi-li-té !"
Sans ce préalable, il doute d'un renouvellement efficace des générations d'éleveurs laitiers : "Quand on prend un crédit, c'est sur 15 ou 20 ans", illustre le représentant des Jeunes agriculteurs du Cantal. Alors quand on lui parle de la suite à donner à ce qui ressemble à un coup de semonce, il estime qu'étiqueter les produits en GMS - comme y invite la FNPL sur les produits aux rémunérations les moins éthiques - n'est pas suffisant. "Sous réserve d'une augmentation des produits qui reviennent bien aux producteurs", Jean-Paul Peyral se dit même prêt à appuyer l'argumentation de Sodiaal auprès des distributeurs...

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière