Aller au contenu principal

Hausse des charges en grandes cultures
Estimez l’impact de la hausse des prix des intrants sur vos coûts de production

Entre l'augmentation du prix des intrants et de l’énergie et la volatilité des prix de marché des cultures pour les récoltes 2022 et 2023, il devient difficile de se repérer ! Pour vous accompagner dans l’évaluation de vos charges et vos coûts de production, ARVALIS met à disposition deux outils de calcul Excel en accès libre.

40 à 55 % des charges de production sont concernées par la hausse des prix

Les principaux postes qui subissent (récolte 2022) ou subiront (récolte 2023) une augmentation en rapport avec le prix de l’énergie et/ou la disponibilité des intrants sont les engrais, le carburant, l’irrigation, le séchage, le stockage, ou encore les produits phytosanitaires. On peut y ajouter l’entretien/réparation (prix des pièces, logistique transport…) ou encore les travaux à façon (carburant). D’autres postes, comme les semences de certaines cultures, pourront également augmenter pour la récolte 2023.

Selon les Observatoires (1) des exploitations de grandes cultures gérés par ARVALIS, les postes engrais, produits phytosanitaires, carburant, énergie pour l’irrigation et le séchage représentaient, en moyenne sur la période 2018/2021, 30 à 35 % du total des charges(2) pour les céréales à paille, 30 à 40 % pour du maïs « sec ou irrigué », et 27 à 30 % pour des pommes de terre en sec(3). En élargissant aux postes pouvant être touchés par la hausse, cette proportion monte jusqu’à 40 à 55 %.

A chaque exploitation, sa situation

Chaque exploitation a des niveaux de charges, de rendements, ainsi qu’une politique d’achat des intrants et de vente des récoltes qui lui sont propres. Si un certain nombre de charges à l’hectare sont déjà fixées pour la récolte 2022, d’autres sont encore incertaines. Le rendement sera un élément déterminant pour évaluer les coûts de production en euros par tonne : à charges constantes, une variation de rendement peut entrainer une variation du coût de production de plusieurs dizaines d’euros.

Encore beaucoup d’incertitudes, surtout pour 2023

Pour la récolte 2023, tout est à faire. Les prix actuels des intrants, lorsqu’il y a des propositions, montrent de fortes hausses. La hiérarchie actuelle du poids des facteurs de production sur les hausses à la tonne produite est la suivante : d’abord les engrais, viennent ensuite l’énergie pour le séchage, l’irrigation et le carburant, puis les produits phytosanitaires. Tout cela sans parler de la disponibilité. Avec les premiers prix proposés actuellement sur les principaux postes cités ci-dessus, l’augmentation des coûts à la tonne pourrait se chiffrer à 75 voire 100 € pour les céréales, toutes choses égales par ailleurs.

Côté prix des productions, rappelons qu’actuellement les prix de deux campagnes sont cotés en prix spot : la future récolte 2022 et, pour certaines cultures, la récolte 2023.

 

Faire ses propres estimations grâce à deux outils simples et en accès libre

Faire ses propres calculs de coût de production et de marge est une première étape pour réfléchir à la commercialisation de la récolte 2022, à une éventuelle adaptation des pratiques ou encore un éventuel arbitrage entre la commercialisation et l’achat d’intrants pour la récolte 2023.

Pour vous accompagner, ARVALIS met à disposition, en accès libre, deux outils de calcul pour estimer rapidement l’impact des variations de prix des intrants et des cultures. Baptisés ImpactCharges et ImpactCoutProduction, ces outils se présentent sous la forme d’un fichier Excel. Ils ont été réalisés par ARVALIS avec la collaboration de l’AGPB, de l’AGPM et de l'UNPT. http://oad.arvalis-infos.fr/

 

(1) Observatoire ARVALIS / Unigrains (à partir de données CerFrance) et Fermothèque ARVALIS

(2) ensemble des charges, y compris la rémunération de la main d’œuvre familiale - 100 % fermage et rémunération des capitaux propres.

(3) hors coût de stockage

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière