Aller au contenu principal

Egalim 2 : entre volonté et amertume

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a organisé, le 1er mars, une table-ronde sur l’application de la loi Egalim 2. À quelques heures de la fin des négociations, il restait encore des contrats à signer.

© Actuagri

« La loi Egalim 2 ne fonctionne pas comme elle devrait fonctionner », a attaqué la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, « satisfaite du volontarisme et de l’écoute » mais stigmatisant une « France, championne du monde de la faible inflation alimentaire : 1,4 % en France contre 5 % en Irlande ou 6 % en Espagne ». Avec des prix « écrasés », « il n’est pas étonnant que l’on perde 100 000 agriculteurs en dix ans », a-t-elle ajouté demandant aux différents acteurs de la chaîne agroalimentaire de « ne pas nier les réalités ». Elle reconnaît toutefois que le fait de ne plus négocier la matière première agricole (MPA) constitue une avancée. Mais elle s’inquiète que les industriels subissent maintenant ce que les agriculteurs ont éprouvé pendant des années : « la destruction de valeur ».

« C’est dans la loi »
Par l’intermédiaire de leur président Jean-Philippe André, les industries alimentaires (Ania) fustigent également cette déflation. « Depuis huit ans, on vend moins cher que l’année précédente », a-t-il souligné s’inquiétant des effets de bords de cette loi et de la non prise en compte de la matière première industrielle. Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a d’ailleurs mis en garde contre la fragilité de la chaîne alimentaire : « Si un maillon casse, c’est toute la chaîne qui casse. Les grandes surfaces doivent le comprendre », a-t-il soutenu. Conscient que ce maillon était jusqu’à présent « nos producteurs et que sur ce point la Loi Egalim 2 a, semble-t-il, atteint son objectif », Dominique Schelcher, PDG de Système U, reproche toutefois aux industriels de ne pas jouer le jeu de la transparence. « 80 % d’entre eux ont fait appel à un tiers de confiance qui certifie le prix », a-t-il expliqué, regrettant qu’ils lèvent moins les deux autres options qui leur étaient offertes : indiquer le prix de chaque matière première agricole ou informer du prix cumulé des matières premières agricoles. « Mais c’est légal, lui a rétorqué Christiane Lambert. C’est dans la loi ». Dans les deux derniers cas, la transparence totale permet aussi aux grandes enseignes de négocier plus durement leurs marques distributeurs et de faire baisser les prix. « Quelle GMS fournit de la transparence sur la réalité de ses gains ? », a interrogé la présidente de la FNSEA.

« L’heure de vérité a sonné »
À quelques heures de la fin des négociations, beaucoup d’accords avaient été signés, d’autres restaient en souffrance. « Il y a aussi des ruptures », a précisé Thierry Dahan, médiateur des relations commerciales agricoles, sans en préciser la teneur. « Dans ce cas, les MPA seront passées et même plus (MPI, ndlr), car aux termes de la loi Egalim 2, le contrat doit rester équilibré », a-t-il expliqué. Sur les 45 demandes de médiations qu’il a reçues depuis quelques semaines, la moitié est arrivée à son terme. « Il n’y aura pas d’ultime médiation de complaisance », a-t-il averti, encore moins « pour ceux qui n’ont pas joué le jeu », a-t-il précisé.
« Pour les contrats qui ne seront pas signés, la main du Gouvernement ne tremblera pas », a certifié le ministre. Comme il l’a résumé : « Pas de souveraineté alimentaire sans agriculteurs et pas d’agriculteurs sans rémunération ». Cependant, chacun sait en son for intérieur, que la guerre rebat les cartes économiques : « On n’aura pas d’autre choix que de rediscuter », a suggéré Dominique Schelcher. En attendant, « l’heure de vérité a sonné », a conclu Christiane Lambert.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière