Aller au contenu principal

Egalim 1 : « Aurait pu mieux faire »

Assemblée nationale Les députés de la commission des Affaires économiques ont examiné, le 23 février, le rapport d’évaluation de la loi Egalim 1 votée en 2018. Selon eux, elle a servi « de caisse à outils » pour la loi Egalim 2.

© Capture d'écran Assemblée Nationale

La loi du 30 octobre 2018 « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », appelée Egalim 1, a-t-elle tenu toutes ses promesses ? A-t-elle atteint tous ses objectifs ? Ce sont notamment à ces questions que la commission des Affaires économiques de l’Assemblée a tenté de répondre. Les conclusions des quatre co-rapporteur qui ont évalué l’impact de ce dispositif sont unanimes : « Les résultats n’ont pas été suffisants », a résumé le député Jean-Baptiste Moreau (LREM, Creuse). Il s’inquiète d’ailleurs que trois ans après, « les pratiques déloyales de la part de certains intermédiaires se poursuivent ». Sur le côté négatif, les députés ont pointé les dysfonctionnements qui subsistent sur la séparation entre vente et conseil sur les produits phytosanitaires. « Il faut vérifier les effets de bord », a souligné le député Grégory Besson-Moreau (LREM, Aube). « Il faut même tout remettre à plat », a plaidé son collègue Dominique Potier (PS, Meurthe-et-Moselle). Nombreux sont les députés à regretter le peu d’impact que cette loi a eu sur le gaspillage alimentaire et surtout à remarquer que « l’objectif d’une meilleure répartition de la valeur ajoutée au sein de la chaîne agroalimentaire, de l’amont à l’aval, n’est pas pleinement atteinte », a affirmé Jean-Pierre Vigier (LR, Haute-Loire). Reprenant des propos tenus par Christiane Lambert, Thierry Benoit (UDI, Ille-et-Vilaine) remarque que « depuis 30 ans on tient des prix toujours plus bas et qu’il n’y a jamais eu autant de précarité en France ». Plus dur, André Villiers (UDI, Yonne) estime que cette loi est « un constat d’échec sans appel, car le revenu agricole n’est pas revalorisé ».

Structurer l’offre
Les co-rapporteurs donnent cependant un satisfecit aux outils que la loi contient, notamment l’inversion de la construction du prix, celui-ci se faisant désormais « en marche avant » ; la mise en place des indicateurs de coûts de production en agriculture et de marché ; la limitation des seuils de revente à perte (SRP) ou encore des avancées sur la restauration collective avec la valorisation des productions locales et bio. Egalim 1 a surtout mis « fin à la spirale déflationniste inscrite dans la loi de modernisation de l’État de 2008 dont les effets ont été dévastateurs », a souligné Jean-Baptiste Moreau. « Elle a fonctionné parce qu’elle donné des pénalités à des personnes au comportement peu correct », a affirmé Richard Ramos (MoDem, Loiret). Pour Stéphane Travert (LREM, Manche) qui a porté ce texte en tant que ministre de l’Agriculture, « la promesse initiale de garantir un revenu qui ne soit pas en dessous des coûts de production » est tenue. Si les députés ont eu du mal à faire abstraction d’Egalim 2 en évoquant Egalim 1, ils souhaiteraient que ce dispositif soit maintenu et étendu au plan européen et que les agriculteurs et les interprofessions se prennent en main pour « avoir une vraie structuration de l’offre avec une vraie régulation des volumes », a plaidé Jean-Baptiste Moreau. « Mais les seuls qui peuvent vraiment faire le bilan d’Egalim 1, ce sont les agriculteurs eux-mêmes quand ils regardent leur compte d’exploitation », a dit, en guise de conclusion, Julien Dive (LR, Aisne).

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière