Aller au contenu principal

Du Fin Gras dans vos assiettes jusqu’au 31 juillet

L’INAO a accordé une rallonge de 2 mois pour la saison de commercialisation du Fin Gras du Mézenc en 2020, pour pallier les effets désorganisateurs des règles sanitaires en place pour lutter contre le Coronavirus.

Par dérogation, le Fin Gras pourra être commercialisé jusqu’au 31 juillet.
Par dérogation, le Fin Gras pourra être commercialisé jusqu’au 31 juillet.
© F. Gibaud

La saison 2020 du Fin Gras du Mézenc bat son plein avec cette année 1 250 animaux annoncés à la vente sous l’AOP. Les régles sanitaires liées à la pandémie du Covid-19, perturbent un peu la commercialisation ; toutefois les responsables restent optimistes à l’instar de Bernard Bonnefoy Président de l’association Fin Gras du Mézenc. «Il ne faut pas s’affoler et céder à la panique. Le mot d’ordre c’est de voir au jour le jour. Nous sommes dans une filière courte, assez souple…» explique-t-il
À ce jour, l’animatrice Allison Salat, qui suit les abattages au fil des semaines, souligne que jusqu’à présent, la commercialisation se déroulait comme les années précédentes. Mais depuis la semaine dernière, ça ralentit. «On a enregistré 34 animaux abattus la semaine dernière contre 63 l’an dernier. Même tendance pour cette semaine avec 50% d’abattage en moins par rapport aux autres années». On arrive à Pâques, période de consommation de viande de boeuf… et c’est un peu inquiétant.
Mais en réaction à cette situation l’association comme les bouchers ont réagi. Ainsi, plusieurs  professionnels proposent à leur clientèle de passer commandes, et de venir chercher leur colis voire de se faire livrer. Certains bouchers constatent une bonne fréquentation de leur boutique de proximité par les habitants de leur commune ou des personnes confinées dans leurs résidences secondaires. D’autres, ayant une clientèle de passage, sont davantage touchés. Et bien sûr, les restaurants étant fermés, c’est un débouché en moins pour le Fin Gras.
Prolongement de la période de commercialisation
Pour aider la filière, l’association a demandé une prolongation de la période de commercialisation de l’AOP pour 2020. «Cette dérogation a été acceptée à l’unanimité par le Comité national de l’INAO, souligne Bernard Bonnefoy. La saison est prolongée de deux mois jusqu’au 31 juillet». Ces deux mois supplémentaires pourront permettre d’écouler plus d’animaux, notamment par les restaurateurs qui auront  pu -on l’espère tous- réouvrir leurs établissements et pourront donc proposer à leur carte du Fin Gras en été.
Le président pense néanmoins qu’il ne restera pas beaucoup de boeufs ou génisses invendues en juin-juillet. Et le cas échéant, il insiste auprès des éleveurs pour être vigilants sur l’état d’engraissement de ces bêtes comercialisées tardivement. Message aux consommateurs, mangez du Fin Gras!

Fête du Fin Gras
Organisée tous les ans le premier week-end de juin, en alternance entre Ardèche et Haute-Loire, la Fête du Fin Gras devrait avoir lieu le 7 juin à St Front. À ce jour, le président Bonnefoy dit ne pas avoir encore pris de décision quant au maintien ou à l’annulation de ce rendez-vous. Néanmoins, en cas d’annulation, la Fête sera reportée en juin 2021 à St Front toujours.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière