Aller au contenu principal

Du compost made in pisciculture de Lozère

Mercredi 19 avril, au lycée agricole Louis-Pasteur de la Canourgue, a eu lieu l’inauguration du site de lombricompostage ; un projet lancé il y a près de deux ans pour traiter les boues piscicoles de l’exploitation acquacole attenante au lycée.

Mercredi 19 avril, au lycée agricole Louis-Pasteur de la Canourgue, a eu lieu l’inauguration du site de lombricompostage ; un projet lancé il y a près de deux ans pour traiter les boues piscicoles de l’exploitation acquacole attenante au lycée.
Mercredi 19 avril, au lycée agricole Louis-Pasteur de la Canourgue, a eu lieu l’inauguration du site de lombricompostage ; un projet lancé il y a près de deux ans pour traiter les boues piscicoles de l’exploitation acquacole attenante au lycée.
© Marion Ghibaudo

Site pilote pour le traitement des boues piscicoles par lombricompostage, le lycée agricole de la Canourgue (Eplefpa) a bénéficié de financements européens (Innoqua) et nationaux (dans le cadre du Plan de relance) pour mener ce projet à bien. Objectif ? Prouver que les boues piscicoles peuvent être traitées sur place, avec le minimum d’inconvénient, le tout pour un faible coût. « La gestion des boues est un enjeu majeur pour les installations piscicoles », a expliqué Philippe Leroy, directeur d’exploitation du lycée. Si, jusqu’à présent, un agriculteur voisin acceptait de les récupérer pour les épandre ensuite dans ses champs, les problématiques posées par l’odeur, notamment, devenaient un argument lourd à contrer. Sans compter le coût lié à cette opération. « Sur le plan législatif et réglementaire, l’acquaculteur est responsable des boues qu’il produit, mais ne disposant pas de foncier où les épandre, il ne peut garantir leur traçabilité et leur innocuité pour l’environnement ». Une question majeure, car en cas de problème, c’est l’installation piscicole qui peut être menacée de fermeture.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Qui est cet Oléronais qui alimente le Cantal en poissons ?

Originaire d’Oléron, ce poissonnier et traiteur de la mer a choisi la montagne pour exercer ses talents sur les marchés.…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière