Aller au contenu principal

Distinguer la sécheresse agricole de celle des nappes

La situation des nappes d'eau souterraine au 1er juin présentée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) demeure peu satisfaisante sur une grande partie du pays. Que cela signifie-t-il pour l'agriculture ? Réponse avec Serge Zaka, docteur en agrométéorologie.

Serge Zaka, Docteur en agrométéorologie au BRGM.
Serge Zaka, Docteur en agrométéorologie au BRGM.
© DR

Le constat du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) est sans appel : si la situation des nappes phréatiques s'est stabilisée ces dernières semaines grâce notamment aux précipitations du début de printemps, elle n'en reste pas moins préoccupante. Pourtant, dans les campagnes, les travaux d'été battent leur plein, les agriculteurs ont même parfois du mal à trouver une « fenêtre » d'intervention assez large pour récolter. Deux situations qui, si elles peuvent sembler antinomiques, ne le sont pas tant que ça. En effet, selon Serge Zaka, docteur en agrométéorologie, il convient de distinguer la sécheresse agricole de la sécheresse des nappes phréatiques. « La sécheresse agricole est la sécheresse des deux premiers mètres du sol. Cette année, dans certaines régions, en cette période, elle n'est pas présente. En effet, par exemple, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, il y a un dégradé Nord-Sud. Il y a beaucoup plu quotidiennement sauf du côté de l'Allier. C'est très bien pour les écosystèmes et les cultures. Les cultures de printemps ont en effet besoin d'eau pour germer. C'est vraiment un point positif à souligner. » La sécheresse des nappes phréatiques concerne, quant à elle, l'eau en profondeur. « Elle correspond au cumul des sécheresses des derniers mois », poursuit Serge Zaka. C'est cette référence qui est prise en compte dans le cadre des arrêtés sécheresse, car c'est dans les nappes phréatiques qu'est puisée l'eau pour l'eau potable et l'irrigation en France, notamment dans les régions de plaines. À noter toutefois, que dans les régions où c'est possible de le faire, l'eau de surface est également très utilisée pour l'irrigation. L'eau du fleuve Rhône, par exemple, est une ressource indéniable pour les agriculteurs.

Entre surface et profondeur
Si la sécheresse agricole réagit très vite à la pluie, celle des nappes phréatiques met plus de temps. Il y a donc une énorme différence entre ce qui se passe en surface et en profondeur. « Les nappes sont en effet à un niveau assez bas pour la saison. La période de recharge des nappes, quand elles remontent habituellement, correspond au moment où il n'y a pas de feuilles dans les arbres. Quand il y a des feuilles dans les arbres, 80 % de l'eau est absorbée par les racines des arbres, des cultures et des écosystèmes et ne va pas jusqu'aux nappes phréatiques. » Aujourd'hui étant hors de périodes de recharge, très peu d'eau s'infiltre en profondeur même si la pluie tombe parfois abondement. « Pour toutes ces raisons, il peut y avoir une espèce de dissonance entre ce qui se passe en surface et en profondeur. [...] Il ne s'agit pas de la même réserve hydrique. En revanche, c'est très intéressant de voir qu'il y a de l'eau en surface car cela évite d'avoir recours à l'irrigation et de pomper dans les nappes. » Il y a en effet des liens entre les deux sécheresses. « Il faudra maintenant attendre l'automne pour voir les nappes phréatiques se recharger. »

En surface, les variations sont très rapides
En surface, toutefois, les choses sont loin d'être figées. « Ce n'est pas parce que nous avons de l'eau en surface actuellement, que nous sommes sortis du risque de sécheresse pour le reste de l'année. » Preuve en est la situation dans le Nord de la France. Beaucoup d'eau est tombée pendant un mois, un mois et demi. « Il y a eu énormément d'eau en surface et les nappes phréatiques ne se sont pas rechargées, car ce n'était plus la période. Maintenant, ils sont proches des records bas dans le Nord-Est en sécheresses de surface et de nappes phréatiques. La sécheresse agricole réagit très vite aux variations de précipitations. Il suffit de deux à trois semaines sans pluie avec du vent desséchant pour reperdre ce que l'on a gagné en un mois et demi. L'état hydrique des sols dans le Nord-Est de la France était excellent, voire excédentaire en mars et en avril, alors qu'aujourd'hui, en juin, il est proche des records les plus bas », met en garde Serge Zaka. Pour lui, il est impossible de baser une période de culture entière sur un point ponctuel de la sécheresse agricole. Concernant les nappes phréatiques, les variations sont beaucoup plus lentes. « En réalité, une sécheresse s'apprécie bien dans l'état des nappes phréatiques. Cette dernière donne une indication du cumul de ce qui s'est passé ces derniers mois, ces dernières années. Il faut plusieurs mois pour se sortir d'une sécheresse des nappes phréatiques. » La vigilance doit donc être de mise pour l'été qui vient de débuter d'autant plus qu'aucune grosse tendance au niveau des précipitations se dessine. « On a 33 % des scénarios dans la norme, 33 % en dessous et 33 % au-dessus. Toutefois, concernant les températures, la tendance est nettement définie : il va faire plus chaud que la norme. Il faudra donc faire attention à l'évapotranspiration. On aura, en effet, une perte en eau des forêts, des écosystèmes et des cultures plus importante que les années classiques, conclut Serge Zaka, avant d'ajouter une note positive. Nous sommes protégés au moins pour un mois pour les feux de forêt. »

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière