Aller au contenu principal

Deux gypaètes barbus lâchés sur les grands causses : grogne des syndicats agricoles

Lundi 9 mai, le parc naturel des Cévennes a procédé au lâcher de deux gypaètes barbus, l'aboutissement d'un patient travail construit autour du programme Life GypConnect, à Meyrueis, qui fête aussi cette année ses dix ans.

Lundi 9 mai, le parc naturel des Cévennes a procédé au lâcher de deux gypaètes barbus, l'aboutissement d'un patient travail construit autour du programme Life GypConnect, à Meyrueis, qui fête aussi cette année ses dix ans.
Lundi 9 mai, le parc naturel des Cévennes a procédé au lâcher de deux gypaètes barbus, l'aboutissement d'un patient travail construit autour du programme Life GypConnect, à Meyrueis, qui fête aussi cette année ses dix ans.
© Marion Ghibaudo

« La particularité des Gypaètes barbus est qu'ils consomment les os », ont rappelé les organisateurs de la journée, PNC, LPO et acteurs de la vie sauvage, en présentant au grand public les deux juvéniles qui allaient être relâchés durant la journée. Événement qui a aussi attiré la FDSEA et les JA, qui auraient aimé pouvoir s'exprimer devant la foule assemblée sur les problèmes de cohabitation éleveurs/vautours fauves rencontrés par ces derniers.

Des agriculteurs agacés
« Nous sommes venus alerter sur la gestion des vautours fauve, qui ont été lâchés il y a quelques décennies, et aujourd'hui, la population est en explosion. Nous n'avons rien contre le gypaète barbu, qui dévore les os », a souligné le président de la FDSEA, Jean-François Maurin. « Mais si le problème de surpopulation des vautours fauve n'est pas rapidement résolu, il va être difficile de faire comprendre aux éleveurs qu'il y a encore des lâchers de vautours, et les éleveurs ne feront plus la différence », ont averti la FDSEA et les JA. Pour ces derniers, « tous les services concernés, la LPO, le PNC et les services de l'état doivent discuter et trouver des solutions ensemble », pointant ce qu'ils considèrent être un défaut majeur du programme : « dès qu'ils s'éloignent des Grands Causses, les vautours fauves ont des comportements déviants ». Le président de la FDSEA a par ailleurs rappelé que la semaine dernière, un cadavre de poulain dévoré par des vautours près de Saint-Chély-d'Apcher avait causé un stress important à l'éleveur témoin de la scène. « Le problème, c'est que lorsqu'on rapporte ces événements, on est jamais cru », a confirmé, agacé, le président de la FDSEA.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière