Aller au contenu principal

Des trajectoires singulières pour assurer la relève

Confrontée au vieillissement de ses éleveurs, la filière ovine bénéficie pourtant d’un taux de renouvellement plus dynamique que d’autres secteurs. Un phénomène analysé récemment à l’occasion de la conférence Grand Angle ovin proposée par l’Idèle.

Confrontée au vieillissement de ses éleveurs, la filière ovine bénéficie pourtant d’un taux de renouvellement plus dynamique que d’autres secteurs. Un phénomène analysé récemment à l’occasion de la conférence Grand Angle ovin proposée par l’Idèle.
Confrontée au vieillissement de ses éleveurs, la filière ovine bénéficie pourtant d’un taux de renouvellement plus dynamique que d’autres secteurs. Un phénomène analysé récemment à l’occasion de la conférence Grand Angle ovin proposée par l’Idèle.
© SC

Traditionnellement organisé en présentiel, le cycle de conférence « Grand Angle » proposé par l’Idèle s’est tenu à distance en début de semaine dernière. La filière ovine a ouvert le bal de cette série 2021 où une fois n’est pas coutume, de nombreux thèmes ont été balayés (état du marché, impact du Brexit, organisation du travail, techniques de pâturage, alimentation, sélection…). À l’heure où la moitié des éleveurs ovins ont plus de 50 ans, la question du renouvellement des générations a fait l’objet d’un focus approfondi. « Travailler sur l’attractivité du métier, la compétitivité et la vivabilité est un enjeu majeur si nous voulons assurer un avenir à la filière ovine française », indique Brigitte Singla, éleveuse de brebis laitières dans l’Hérault, présidente de la commission filière ovine de l’Idèle et secrétaire général de la FNO. Pour disposer d’une vision objective des forces en présence, Christophe Perrot chargé de mission économie et territoires à l’Idèle a passé au crible les données de la MSA enrichies par celles de la BDNI : « Le point de départ de ces travaux s’explique par des résultats déroutants des analyses MSA qui signalent des singularités du secteur ovins-caprins. En effet, entre 2010 et 2019, cette population n’a diminué que de 0,2 % par an contre 1,3 % pour les agriculteurs en général. Le secteur ovins-caprins bénéficie du meilleur taux de remplacement, de l’ordre de 80 à 100 % quand le secteur bovin lait et mixte plafonne autour de 50 % ». Un travail d’analyse et d’isolement des données, entre ovins et caprins notamment, a permis d’affiner cette approche démographique.

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière