Aller au contenu principal

Des spécificités que la FNSEA a rappelées au Premier ministre

Dans le cadre de la réforme du code du travail engagée par le nouveau gouvernement, la FNSEA a demandé et obtenu, le 31 mai, un rendez-vous avec le premier ministre Édouard Philippe à qui elle a rappelé les particularités à prendre en compte pour l’emploi agricole.

© Actuagri

« Les entreprises agricoles ont des spécificités, ce sont souvent de très, très petites entreprises » qui représentent 160 000 employeurs, pour une moyenne de 1,6 salarié, a souligné Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, à la sortie de son rendez-vous avec le premier ministre Édouard Philippe le 31 mai. Ce dernier a reçu pendant une semaine les différents partenaires sociaux en vue de la réforme du code du travail, chantier prioritaire du nouveau gouvernement. La FNSEA, reconnu comme syndicat représentatif des employeurs de main d’œuvre, a évoqué le sujet du compte pénibilité, sur lequel Christiane Lambert veut « une amélioration, car très souvent, le salarié effectue les mêmes tâches que le chef d’exploitation ». Un chef d’exploitation qui doit gérer toutes les complexités administratives : « avec 1,6 salarié en moyenne, il n’y a pas de DRH dans les exploitations », rappelle la présidente de la FNSEA. La question des saisonniers, nécessaires à l’activité agricole et dont le statut ne doit pas être confondu avec le CDD, a également fait partie de la discussion.
Coût du travail
Cependant, c’est surtout dans le coût du travail que la FNSEA voit l’un des leviers principaux pour permettre à l’agriculture française de mieux surmonter les crises récurrentes. En France, il est de 13 euros de l’heure, contre 8,40 euros en Allemagne et 6,80 euros en Espagne, du fait de charges sociales élevées. « Or, nous sommes dans un marché européen, et c’est pénalisant pour les secteurs très employeurs de main d’œuvre », comme le maraîchage ou l’arboriculture, des filières où davantage d’entreprises mettent la clé sous la porte, déplore Christiane Lambert. Dans ces secteurs, le coût du travail peut représenter jusqu’à 65 % des charges d’exploitation. C’est pourquoi « nous avons aussi parlé d’harmonisation européenne », sur le coût du travail mais également sur les normes, ajoute Jérôme Volle, vice-président de la FNSEA et responsable de la commission Emploi au sein de l’organisation. Christiane Lambert, qui estime avoir reçu « une bonne écoute », indique que la FNSEA devrait à nouveau rencontrer le premier ministre pendant l’été. Le gouvernement souhaite en effet avancer rapidement sur ce sujet du travail, avec une présentation du projet de loi fin juin en conseil des ministres, un vote au Parlement fin juillet et l’adoption d’ordonnances en septembre.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière