Aller au contenu principal

Des parcours valorisés pour faire des économies d’aliments

Dans le sud de la France, les parcours offrent une ressource alimentaire à ne pas négliger. Exemple d’un élevage ovin laitier qui valorise les surfaces pastorales.

En faisant pâturant les surfaces pastorales aux brebis et agnelles, Caroline et Alain Compan économisent sur les intrants tout en entretenant les espaces ouverts.
En faisant pâturant les surfaces pastorales aux brebis et agnelles, Caroline et Alain Compan économisent sur les intrants tout en entretenant les espaces ouverts.
© N. Rivemale – Confédération Générale de Roquefort

Les pelouses, landes, garrigues et bois pâturés forment les parcours et couvrent plus de 2,2 millions d’hectares dans le sud de la France, essentiellement dans les massifs et la zone méditerranéenne. En plus d’être des refuges de biodiversité, ces surfaces pastorales offrent une alimentation abondante aux troupeaux ovins, caprins et bovins.
Dans le Gard, Caroline et Alain Compan voient bien l’intérêt des parcours pour leur troupeau de 390 brebis laitières de race Lacaune. En plus de leurs 110 ha de SAU où ils cultivent luzerne, sainfoin, herbe ou céréales, ils utilisent 270 hectares de parcours pour y faire paître les agnelles et les brebis de la mi-mai à la mi-décembre.

Des surfaces pastorales source de résilience, d’économie et d’autonomie
Ces surfaces pastorales composent 40 % de l’ingestion des brebis en lactation de la mi-mai à août et couvrent 70 % des besoins à l’entretien en automne-hiver. « Les brebis se régalent et ne rentrent pas avec la faim après avoir pâturé les parcours », observe Alain Compan qui voit dans les parcours une bonne source d’autonomie fourragère et protéique. Ici, les brebis ne consomment que 164 kg de concentrés par an dont 78 % de céréales produites sur l’exploitation. Cette économie ne se fait pas sans travail puisque le couple d’éleveurs passe en moyenne 15 heures par mois, six mois dans l’année, à remplacer les piquets abîmés, retendre les fils ou broyer les repousses d’arbustes spontanés. Cet entretien des espaces ouverts et des ressources naturelles est encouragé par des mesures agro-environnementales. « On passe la débroussailleuse tous les deux ans en moyenne, sur les bordures de champs et sur les zones où le buis et le prunelier gagne vite », précise Alain. Il faut aussi amener les animaux, parfois jusqu’à une heure de la salle de traite, même si un couloir aménagé permet de lâcher les brebis à mi-chemin.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière