Aller au contenu principal

Des coûts «prohibitifs» pour les exportateurs européens

Alors que le Royaume-Uni prévoit de mettre en oeuvre des contrôles douaniers post-Brexit sur les importations dès octobre 2023, l'eurodéputé centriste Martin Hlavacek (République tchèque) alerte dans un projet d'avis, adopté le 29 juin à une large majorité par la commission de l'Agriculture, sur les risques de hausse des coûts et de perturbations dans la chaîne de valeur, en particulier pour les produits périssables.

Alors que le Royaume-Uni prévoit de mettre en oeuvre des contrôles douaniers post-Brexit sur les importations dès octobre 2023, l'eurodéputé centriste Martin Hlavacek (République tchèque) alerte dans un projet d'avis, adopté le 29 juin à une large majorité par la commission de l'Agriculture, sur les risques de hausse des coûts et de perturbations dans la chaîne de valeur, en particulier pour les produits périssables.
Alors que le Royaume-Uni prévoit de mettre en oeuvre des contrôles douaniers post-Brexit sur les importations dès octobre 2023, l'eurodéputé centriste Martin Hlavacek (République tchèque) alerte dans un projet d'avis, adopté le 29 juin à une large majorité par la commission de l'Agriculture, sur les risques de hausse des coûts et de perturbations dans la chaîne de valeur, en particulier pour les produits périssables.
© Basia Pawlik - EC

Une inquiétude partagée par Claire Geroudet, responsable Export au sein de la Fict (charcutiers industriels français) qui explique que « ces nouvelles règles imposeront des certificats sanitaires pour les produits frais et non pour les produits réfrigérés, ce qui va engendrer une hausse du coût logistique étant donné que les exportateurs devront dorénavant procéder à deux envois ». Une hausse des coûts qui sera aussi liée à l'instauration par Londres d'une redevance comprise entre 20 et 43 livres sur chaque lot importé en provenance de l'UE. Une perspective qui pourrait, selon Claire Geroudet, « inciter les entreprises exportatrices à restreindre les produits expédiés en raison du coût prohibitif et ainsi éviter de payer deux fois la redevance ». Certaines « pourraient même décider d'arrêter définitivement leurs relations commerciales avec le Royaume-Uni », alerte-t-elle.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière