Aller au contenu principal

Décapitalisation accélérée en avril

Selon une note de conjoncture de l’Institut de l’élevage, le recul du cheptel de vaches allaitantes s’est accéléré au mois d’avril (-3,3 % sur un an). Affectant aussi les laitières, cette baisse s’explique par un manque de génisses, alerte l’Idele (Institut de l’élevage) dans sa lettre Tendances publiée le 23 mai. Ces derniers mois, le rythme de la baisse du cheptel allaitant se situait entre -2,9 % et -3,1 %. Comme l’explique l’institut technique, « la très forte baisse des entrées de primipares (génisses, NDLR) dans les troupeaux est responsable de cette accélération, et non un afflux de vaches de réforme ». Sur un an, les entrées de génisses ont ainsi reculé de 10 % en mars et de 8 % en février. Le cheptel laitier connaît le même phénomène, même si la décapitalisation y est relativement moins rapide que celle du cheptel allaitant (-2,4 %).
« La baisse du cheptel reproducteur sur le long terme conduit naturellement à une baisse du cheptel total », affirme l’Idele : tous types d’animaux confondus, les effectifs bovins ont fondu de 10 % en cinq ans. Au 1er avril, la France comptait 16,952 millions de têtes (dont 3,569 millions de vaches allaitantes et 3,376 millions de vaches laitières). La décapitalisation continue de provoquer une baisse des abattages, de l’ordre de 6 % en un an. Le phénomène s’accentue, car « le faible nombre de génisses de renouvellement [incite] les éleveurs à retenir leurs vaches », remarque l’Idele. Sur l’ensemble de l’année 2022, la baisse des abattages avait atteint 4,7 % par rapport à 2021.
Autre conséquence de la décapitalisation : « L’offre encore réduite soutient les cours », note l’Idele. « Les cotations des vaches allaitantes restent élevées », à l’image des vaches U qui se négocient à 5,79 €/kg de carcasse en semaine 19 (+6 % par rapport à 2022). En revanche, celles des vaches laitières « subissent la pression de l’import » : « Les prix des vaches les moins bien conformées ont nettement décroché », rapporte ainsi l’Idele. « La vache P (la moins bonne conformation, NDLR) a perdu 12 centimes à 4,62 €/kg, retombant sous son niveau de 2022 (-4 %). » Quant à la consommation de viande bovine, elle « résiste depuis le début de 2023 » : elle a enregistré en février son huitième mois consécutif de hausse, à 124 200 téc (+3 % par rapport à 2022). En raison de la décapitalisation, cet appel d’air profite surtout aux importations : sur les deux premiers mois de 2023, celles-ci représentaient un quart des disponibilités totales.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière