Aller au contenu principal

De l'eau des villes à l'eau des champs

En France, moins de 1 % des eaux usées sont réutilisées. L'ASA Limagne Noire est à l'origine d'un des rares projets qui les recycle pour l'irrigation des cultures.

En France, moins de 1 % des eaux usées sont réutilisées. L'ASA Limagne Noire est à l'origine d'un des rares projets qui les recycle pour l'irrigation des cultures.
En France, moins de 1 % des eaux usées sont réutilisées. L'ASA Limagne Noire est à l'origine d'un des rares projets qui les recycle pour l'irrigation des cultures.
© Jérôme Chabanne/Illustration

À la fin des années 1970, l'irrigation des cultures dans la Limagne Noire, éloignée de la rivière de l'Allier et ne disposant pas de nappes souterraines, inquiète de plus en plus la profession agricole. Lors d'un voyage en Californie, Christian Liaboeuf, ancien président de l'ASA Limagne Noire, découvre que la ville de San Francisco réutilise ses eaux usées pour arroser ses espaces verts. C'est le déclic. À son retour en Auvergne, il se lance dans un projet inédit en Europe par son ampleur : recycler 30 % des eaux de la station d'épuration de Clermont-Ferrand (destinée à être rejetée dans la rivière de l'Artière) pour l'irrigation des cultures, de mai à septembre. Stratégiquement situés entre la station et la rivière, les bassins de la sucrerie de Bourdon permettent le traitement de l'eau par lagunage. Elle est ensuite acheminée par une station de pompage à travers 60 km de canalisation, jusqu'aux parcelles irriguées.
Aujourd'hui, ce système sécurise l'irrigation de 750 ha de cultures souscrits, répartis dans 51 exploitations.

Un traitement vertueux
« Notre réalisation était un pari risqué à cause de la nature de l'eau utilisée » souligne Christian Liabeuf. Pour garantir une eau de qualité maximale (A), son traitement se fait par lagunage. Ce dernier ne nécessite ni produits chimiques, ni traitement mécanique, seulement la lumière du jour ! Une fois l'eau de la station déversée dans les 13 ha de bassins de la sucrerie, il suffit de 13 jours aux rayons UV du soleil pour la débarrasser de tous ses germes et parasites.
Depuis la première mise en service du système en 1996, la qualité de l'eau est contrôlée toutes les semaines, suivant les recommandations du Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF). Subtilité réglementaire : les maraîchers qui voudraient utiliser cette eau pour arroser leurs légumes, en dehors de la période de levée des cultures, sont dans l'obligation de la traiter de nouveau à la lampe UV au niveau de leurs parcelles.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière