Aller au contenu principal

De fortes inquiétudes pour l'année 2023

Vendredi 10 mars, à Ribennes, les Jeunes agriculteurs ont tenu leur traditionnelle assemblée générale. Au menu, les activités du syndicat, la question du carbone et celle de la prédation qui a beaucoup fait réagir dans la salle.

Vendredi 10 mars, à Ribennes, les Jeunes agriculteurs ont tenu leur traditionnelle assemblée générale. Au menu, les activités du syndicat, la question du carbone et celle de la prédation qui a beaucoup fait réagir dans la salle.
Vendredi 10 mars, à Ribennes, les Jeunes agriculteurs ont tenu leur traditionnelle assemblée générale. Au menu, les activités du syndicat, la question du carbone et celle de la prédation qui a beaucoup fait réagir dans la salle.
© Marion Ghibaudo

La prédation aura animé la soirée, dont les débats se sont prolongés tard, menés en présence d'Édouard Pierre, référent prédation pour le réseau JA et président des Jeunes agriculteurs des Hautes-Alpes. « En Lozère, vous êtes dans la situation où nous étions il y a dix ans dans les Hautes-Alpes », a expliqué Édouard Pierre lors de son intervention. « Pour ma part, je me suis installé en 2016 et je n'ai pas connu une année sans prédation », a-t-il lancé à une assemblée attentive.

La prédation, sujet majeur de préoccupation
« J'ai récupéré ces chiffres auprès de la DDT ; au niveau des constats en Lozère, en 2021, il y a eu 57 constats réalisés par l'OFB et 30 dossiers indemnisés. En 2022, 115 constats réalisés et 90 dossiers indemnisés », a détaillé Hervé Boudon, président des JA Lozère. Pour ce dernier, l'explosion du nombre de prédation en 2022 présage d'une année noire pour 2023 si rien n'est fait pour contrôler l'expansion du territoire du loup. Pour Édouard Pierre, qui s'occupe du dossier prédation depuis six ans, le sujet reste d'une brûlante actualité : « l'État n'est plus capable de gérer le loup ». En pleine renégociation du prochain plan loup (2024-2027), de nombreuses questions sur « la longueur inacceptable des indemnisations versées aux éleveurs, qui mettent en péril les trésoreries des exploitations », ou la question de la prédation sur bovins restent en suspens. Mais le JA a aussi évoqué quelques évolutions : la nouvelle fiche de constat, notamment, travaillée en collaboration avec le syndicat.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière