Aller au contenu principal

Dans les fermes, la hausse du prix du lait se fait attendre

Les signaux sont au vert tant sur les marchés laitiers que sur le marché domestique. Pourtant les éleveurs laitiers déplorent de ne toujours pas voir le prix du lait grimper, alors qu'ils font face à une forte progression de leurs charges. Les industriels tentent de rassurer.

Les signaux sont au vert tant sur les marchés laitiers que sur le marché domestique. Pourtant les éleveurs laitiers déplorent de ne toujours pas voir le prix du lait grimper, alors qu'ils font face à une forte progression de leurs charges. Les industriels tentent de rassurer.
Les signaux sont au vert tant sur les marchés laitiers que sur le marché domestique. Pourtant les éleveurs laitiers déplorent de ne toujours pas voir le prix du lait grimper, alors qu'ils font face à une forte progression de leurs charges. Les industriels tentent de rassurer.
© Bernard Griffoul/Illustration

Les industriels laitiers privés l'assurent : le prix du lait payé aux producteurs en 2021 sera supérieur au prix moyen 2020. C'est en tout cas ce que garantit Robert Brzusczak, président de leur fédération, la Fnil, lors de leur assemblée générale du 3 juin. Cette hausse serait la conséquence des négociations commerciales annuelles avec la grande distribution et d'une « situation des marchés qui s'améliore ».
Le lait s'est en effet relativement bien sorti du jeu des dernières négociations commerciales. Si l'ensemble des produits a connu une baisse de prix de l'ordre de 0,3 % en prix triple nets, les produits laitiers (incluant également le rayon oeufs) ont bénéficié d'une hausse de tarifs de 0,5 %, selon l'Observatoire des négociations commerciales annuelles du médiateur des relations commerciales agricoles. Côté marchés des produits laitiers, Benoît Rouyer, économiste à l'interprofession laitière, note dans sa conjoncture du 28 mai, une « forte progression du prix des produits laitiers industriels » depuis le début de l'année 2021. La progression de 800 euros la tonne à 4 000 euros des cours du beurre en l'espace de quatre mois et demi, ou encore de 350 euros à 2 600 euros la tonne de poudre de lait écrémé, en sont les parfaites illustrations.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière